Témoignages vidéos d’EHS

Conseils pratiques

guide de diagnostique à l’usage des médecins

Pour répondre à une demande souvent réitérée, un petit groupe de personnes a élaboré un Guide de diagnostique à l’usage des médecins.
 « Et si c’était les ondes ? »
Le contenu a été approuvé par le professeur Belpomme
Des exemplaires sont à votre disposition moyennant une contribution pour couvrir les frais de reproduction et d’envoi.
Vous pourrez vous les procurer en adressant votre demande à :
Sylvie Gourlet
14, rue de la Mairie
89450 Saint Père
Joindre à votre commande :
pour un exemplaire, 4 timbre,
pour 10 exemplaires un chèque de 14 euro à l’ordre de Sylvie Gourlet
 
Nous vous demandons instamment de ne pas faire circuler de copie de ce document sur internet
et de le présenter avec diplomatie aux médecins que vous souhaitez informer

Débuter un changement alimentaire sans gluten et sans lait

 COMMENTAIRES INTERESSANTS SUR CET ARTICLE  PUBLIE DANS « Conseils pratiques » , ensuite Hygiène de vie » et enfin sur « Conseils aux patients ». Cette fenêtre s’ouvre sur le document intitulé DÉBUTER UN CHANGEMENT ALIMENTAIRE SANS GLUTEN SANS LAIT ET SES DÉRIVÉS.

 

En lisant à nouveau le même article, je remarque que les tableaux ne sont pas bien encadrés et que les sources sont douteuses : Sandoz (Novartis!) !!! et la partie montrant le taux de calcium des fromages semble erronée (plus de calcium absorbé que celui contenu?????)

Le tableau d’alternatives conseille l’huile de colza (canola… ) . Les margarines sont à proscrire, même bio. Les substituts laitiers sont à proscrire, particulièrement ceux à base de soya (très hauts en phytates).

Le xylitol peut causer des diarrhées et les EHS sont déjà très sensibles au niveau intestinal.

Les huiles de coton et de pépins de raisins, si non bio, ont un taux très haut de pesticides.

Dans le tableau, l’huile de riz est dans une seule caisse au lieu de quatre.

Dans la section des gras essentiels : « Les sources les plus riches sont les huiles d’olive, d’avocat, de macadamia, de noisettes et de colza (cette dernière étant très équilibrée en Omégas). »

Section « Cuisson des aliments » : On utilisera pour les cuissons, les huiles pauvres en Oméga-3 (taux < 1), exemple huile de sésame, de riz, de coco, graisse de palme non hydrogénée. L’huile d’olive est préférable parce que facile à détecter quand il devient toxique : fumée.

Section Boissons : Boire pendant le repas pour favoriser l’activité enzymatique : 1 volume d’eau pour 1 volume d’aliments. Première fois que j’attends cette affirmation puisque l’eau dilue les enzymes et pour cette raison il est recommandé de NE PAS boire pendant les repas.

La section sur le xylitol ne parle pas des effets secondaires :

Tout cela paraît très rose, mais le xylitol est-il sans danger ?

Dangers du xylitol ? Il faut plutôt parler plutôt de légers effets secondaires. Le xylitol a été approuvé par l’United States Food and Drug Administration en 1963, aux États-Unis. Dans l’Union européenne, le xylitol a reçu deux avis favorables de l’EFSA, après l’autorisation accordée en 2008. Il est donc considéré sans danger. Néanmoins, il y a quelques précautions à prendre.

Des effets secondaires minimes peuvent en effet se manifester. Les allergies au xylitol n’ont pas encore été étudiées de façon poussée. Des commentaires font par contre état d’une possible augmentation de l’acide urique, mais cela ne concernerait que la voie intraveineuse. Par contre, en cas de grande consommation de xylitol, des ballonnements peuvent apparaître.

Ces ballonnements peuvent parfois également être accompagnés de diarrhées. Ces effets sont dus au fait que la substance n’est pas totalement absorbée par le corps. Sa diffusion est donc passive. Le seuil laxatif de chacun étant différent, l’effet varie d’une personne à l’autre. Il est donc conseillé de consommer des quantités raisonnables de xylitol. Quelques grammes par jour ne devraient produire aucun effet, et le corps s’adapterait d’ailleurs progressivement à la substance.

Du xylitol bio ?

Vous n’en trouverez pas et pour cause : le mode de fabrication du xylitol exclut totalement la certification bio. Les bouleaux utilisés pour extraire la substance peuvent être bio, mais le produit fini ne le sera pas pour autant. Méfiez-vous donc des étiquettes vous présentant une labellisation pseudo biologique …

En savoir plus sur http://www.consoglobe.com/xylitol-bon-substitut-sucre-cg/2#mUMbOWzqsWpCyTqQ.99

Même si le Xylitol semble posséder de nombreuses vertus, n’en abusez pas ! En effet, une consommation excessive peut provoquer des effets indésirables : douleurs abdominales, diarrhées, ballonnements… Il est donc conseillé de ne pas dépasser les doses de 70 g/jour chez l’adulte et de 35 g/jour chez l’enfant.  http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2002/mag0412/nu_5385_xylitol.htm

Intolérances aux sucres alcool (sorbitol, xylitol, mannitol) :

Fréquence dans la population

·         Plus de 50% des adultes souffrent de symptômes importants suivant l’ingestion de plus de 10 g.

·         L’intolérance survient plus fréquemment chez les asiatiques et les noirs américains que chez les blancs. Dans l’ensemble, 30 à 75% des adultes absorbent mal 10g de sorbitol.

·         L’intolérance se manifeste chez environ 70% des patients soufrant du syndrome de l’intestin irritable.

http://www.foodintolerances.org/french/food-intolerances-sorbitol.aspx

L’article en soit est excellent, il y a simplement besoin de quelques corrections.

Ici au Québec un nouvel OSBL vient de se former : RESQ : Rassemblement électrosensibilité Québec https://electrosensibilitequebec.wordpress.com/

Merci d’avoir apporté attention à mon message et bon courage dans votre mission.

María Acosta

 



Bonjour,
>Je suis en train de lire vos articles et j’ai trouvé deux produits dans vote article sur la diète sans gluten qui doivent être corrigé.

L’huile canola (Canada oil)ne devrait pas apparaître dans une liste d’huiles à utiliser au moins qu’on mentionne de ne pas l’utiliser. Raisons : fait par l’Homme et presque majoritairement transgénique. Même les champs non transgéniques sont contaminés puisque le pollen est très volatile. Il se trouve dans la majorité des produits préparés; il faut mentionner que si l’huile n’est pas identifiée, il faut tenir pour acquis que c’est du canola. Parce qu’il est haut en huiles polyinsaturées, elle ne devrait pas être chauffée, mais encore une fois il se trouve dans les aliments transformés, même frits.

> L’autre produit est le Pianto. Il a plus de 15 ans m’a été hautement recommandé pour détoxifier les métaux lourds. Je voulais l’utiliser sir des enfants autistes, mais avant de le faire, j’ai demandé à la représentante de me donner des références. J’ai communiqué avec une douzaine de naturopathes, au Québec, en France et en Suisse. Elles m’ont tous dit que des merveilles sur le produit. Avant de le recommander, j’ai décidé de l’utiliser sur une cliente et mes deux enfants. La cliente a immédiatement commencé à avoir une mauvaise réaction, mes enfants au début moins pire pour en devenir grave. La cliente a arrêté de le prendre après une semaine, mon fils n’a pris qu’une bouteille et ma fille l’a pris plus longtemps sur la recommandation de la représentante. Résultat : la cliente n’a jamais récupéré sa vitalité, mon fils est redevenu dyslexique, mais une forme différente, et ma fille a perdu 9 semaines d’école sous des douleurs atroces (elle sentait les métaux se déplacer) et cinq ans de thérapie sont tombés à l’eau (on parle de plus de 100 000 $ CAN). Entre temps les trois avaient passé une analyse de selles pour métaux lourds. Les résultats étaient presque identiques; le labo a vérifié deux fois les échantillons. Le pire était celui de ma fille; j’ai appris qu’elle n’élimine pas les métaux. La représentante a fait analyser le Pianto, tout comme moi. J’ai fait une plainte à Santé Canada. Les trois labos ont donné le même résultat : hautement contaminé avec des métaux, notamment l’aluminium et le nickel. La compagnie a voulu simplement me rembourser le 1000 $ CAN de produit que j’avais acheté, ce que j’ai refusé. Je voulais que le produit soit retiré des ventes ou produit sans métaux. Pianto continue à être vendu. Les gens croient qu’il est efficace parce qu’ils réagissent (réaction Herxsheimer), mais ce n’est pas le cas et les personnes, comme ma fille et ma cliente qui sont incapables d’éliminer les métaux et surtout s’elles ont déjà un problème de contamination à l’aluminium, elles ne vont qu’empirer leurs cas.

SVP, retirez-le de votre liste de produit à recommander.

Tout savoir sur le gluten….

TRES BONNE INFORMATION.

IMPORTANT D’EVITER LE GLUTEN SURTOUT CHEZ LES EHS.

BONNE LECTURE


http://www.intolerancegluten.com/intolerance_au_gluten.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment repérer les intolérances alimentaires

Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis

Intolérances, le test du pouls du Dr A. Coca

Chère lectrice, cher lecteur,

Avant votre prochain repas, prenez votre pouls.

Recommencez l’opération une demi-heure après la fin de votre repas.

Si votre pouls a augmenté dans cet intervalle de plus de 5 pulsations/minute alors vous avez mangé un aliment que votre corps ne tolère pas.

Le test est presque infaillible. Il fut mis au point par le docteur Arthur Coca au début des années 1950.

Il observa d’abord qu’en condition normale – c’est-à-dire en dehors d’une activité physique, d’une infection ou d’une situation de stress…- le cœur bat d’une manière remarquablement stable.

Il observa ensuite qu’une variation anormale du rythme cardiaque, toujours en situation normale, est le résultat d’une agression de votre corps presque toujours causée par un aliment.

Déjà en 1954, Le docteur Coca lista 32 symptômes liés à des intolérances alimentaires.

Vous avez 6 chances sur 7 d’être intolérant !!

Aujourd’hui, 85% des Occidentaux, soit 6 personnes sur 7, font au moins une intolérance alimentaire [1] dont les conséquences peuvent être :

  • une digestion difficile ;
  • des ballonnements ;
  • le syndrome du colon irritable ;
  • des fatigues chroniques ;
  • des douleurs articulaires ;
  • de l’hypertension ;
  • des problèmes de peau, acné, eczéma ;
  • des maux de tête et migraines (près de 90% des migraines ont des causes alimentaires) ;
  • des difficultés respiratoires ;
  • pertes de mémoire ;
  • une altération du comportement (jusqu’à ne plus reconnaître celui ou celle que vous aimez)…

Le problème est que ces symptômes sont lancinants et le plus souvent ignorés : on s’en prend à la fatalité, au corps qui vieillit et s’use sans retour.

Dites-vous bien que cette idée est presque toujours fausse et il suffit bien souvent de supprimer un aliment de ses menus pour que le symptôme disparaisse. Encore faut-il en avoir l’idée et la technique – vous allez le voir, il n’est pas toujours évident de sortir un aliment de sa cuisine et de son alimentation -.

C’est d’autant plus important qu’une intolérance alimentaire ignorée ne gâche pas seulement la vie au quotidien. Les intolérances favorisent des maladies graves et invalidantes : polyarthrite rhumatoïde, thyroïdite de Hashimoto ou diabète de type 1

S’il vous plaît, faites le test du pouls et parlez-en autour de vous !

Jean-Marc, j’ai fait le test. Mon rythme cardiaque s’est accéléré. Maintenant je fais quoi ?

Pour que le test soit fiable, il faut avoir arrêté de fumer pendant au moins 24h (on peut être intolérant à sa propre tabagie) et pendant les tests éviter les aliments et boissons avec de la caféine qui augmente naturellement le rythme cardiaque.

Par recoupement, au bout de quelques jours, vous aurez repéré les éventuelles intolérances à vos aliments quotidiens.

Quand vous soupçonnez un aliment, vous pouvez le manger isolément et refaire le test.

Pour vous aider, sachez qu’il existe deux suspects habituels qui sont presque toujours en cause en cas d’intolérance : le gluten et le lactose.

Le problème est qu’il ne suffit pas de supprimer les produits laitiers pour le lactose ou ceux à base de pain, pâtes, pizzas… pour le gluten. En effet l’industrie agro-alimentaire raffole du lactose et du gluten. On retrouve par exemple du gluten en agent épaississant dans les vinaigrettes de supermarchés, les plats préparés, les sauces…

Il est donc fortement recommandé d’éviter les aliments transformés. D’autant plus qu’ils contiennent systématiquement de nouveaux produits complexes et allergènes mis au point par l’industrie agro-alimentaire (sans compter les cuissons excessives des protéines qui n’arrangent rien).

Cela peut paraître très difficile, voire impossible. C’est pourtant une solution de bon sens, très efficace, source de beaucoup de plaisirs pour peu qu’on se donne un peu de peine.

Elle est, de plus, bien meilleur marché en plus d’être infiniment meilleure pour votre santé et gratifiante.

Mais si vous ne savez pas comment faire, attention au coup de blues. Vous aurez l’impression que tout ce qui est bon est interdit : pâtes, lasagnes, pizzas, couscous, gâteaux, tartes, viennoiseries et brioches, tous contiennent du blé, des produits laitiers, ou les deux !

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

******************************

Source :

[1] Intolérances Alimentaires, Quand votre intestin dit non ! P.1, Santé Nature Innovation, Octobre 2015

Association « Perdons pas le fil » aide les EHS

 

Message d’espoir :

 

Bonjour à tous,

 

Cette période de fêtes et de début d’année est souvent synonyme, pour les personnes EHS, pour ceux qui se battent contre les méfaits des champs-électromagnétiques, de découragement à cause des divers cadeaux de Noël connectés qui déboulent dans nos vies.

 

Pour faire face à cette période difficile, à ce mois de janvier, où toujours trop de gadgets sans fil sont vendus et achetés, échangés, je veux vous adresser un message d’espoir :

 

1- Le filaire n’est pas mort et il existe une association pour le faire vivre, le promouvoir et aider les personnes EHS en terme d’accessibilité : elle s’appelle Perdons pas le Fil. Perdons pas le Fil défend aussi le service universel en terme de publiphonie (cabines téléphoniques).

 

2- De plus en plus de personnes électro-hyper-sensibles sont reconnues handicapées. Et bénéficient de prestations de la part des MDPH.

Il faut nous rendre visibles administrativement et c’est en bonne voie.

Il nous faut faire valoir nos droits en tant que personnes handicapées.

 

Pour accélérer les choses et pour éviter que chacun ne fasse les démarches dans son coin (les EHS sont déjà bien assez seuls) et parce que ce sujet du handicap me tient à cœur, (moi même électro-sensible depuis 10 ans je suis reconnue handicapée avec des démarches de recours victorieuses à mon actif), j’ai décidé de donner toute sa place à cette question du droit au handicap pour les personnes EHS à travers l’association Perdons pas le Fil.

 

En lien avec les associations de personnes EHS, toutes les informations concernant le handicap vont être ainsi centralisées. Cela permet de compléter la base de données initiée par Une Terre pour les EHS pour le recensement du nombre d’EHS en France.

 

Donc si vous etes EHS et reconnu handicapé par votre MDPH (AAH, PCH, cartes de priorité, de stationnement, RQTH etc…) ou avec des aménagements de poste pour votre travail faites-vous connaître par e-mail à contact@perdonspaslefil.org, ou par courrier à Perdons pas le Fil, 28 rue Jean Bouin 66000 Perpignan. Vous pouvez aussi nous contacter par téléphone au 09 60 51 04 45

 

Tous ces contacts sont aussi valables si vous souhaitez :

– connaître les démarches à effectuer pour déposer un dossier pour faire reconnaître votre handicap auprès de votre Maison Départementale des Personnes Handicapées

– avoir de l’aide pour vos recours si votre demande a été rejetée par la MDPH

– permettre une mise en relation des différentes personnes faisant ces démarches avec échange de documents et infos

– nous faire connaître vos démarches et initiatives

 

Ensemble on est plus fort. Bonne année 2015 et courage.

 

Anne-Laure Mager,

Présidente de Perdons pas le Fil

N’oubliez pas aussi quand vous avez obtenu des reconnaissances (AAH, RQTH, cartes, PCH …) de nous le faire savoir
ou

au 09 60 51 04 45  le nouveau numéro de l’association !

 

 

 

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives