Comment repérer les intolérances alimentaires

Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis

Intolérances, le test du pouls du Dr A. Coca

Chère lectrice, cher lecteur,

Avant votre prochain repas, prenez votre pouls.

Recommencez l’opération une demi-heure après la fin de votre repas.

Si votre pouls a augmenté dans cet intervalle de plus de 5 pulsations/minute alors vous avez mangé un aliment que votre corps ne tolère pas.

Le test est presque infaillible. Il fut mis au point par le docteur Arthur Coca au début des années 1950.

Il observa d’abord qu’en condition normale – c’est-à-dire en dehors d’une activité physique, d’une infection ou d’une situation de stress…- le cœur bat d’une manière remarquablement stable.

Il observa ensuite qu’une variation anormale du rythme cardiaque, toujours en situation normale, est le résultat d’une agression de votre corps presque toujours causée par un aliment.

Déjà en 1954, Le docteur Coca lista 32 symptômes liés à des intolérances alimentaires.

Vous avez 6 chances sur 7 d’être intolérant !!

Aujourd’hui, 85% des Occidentaux, soit 6 personnes sur 7, font au moins une intolérance alimentaire [1] dont les conséquences peuvent être :

  • une digestion difficile ;
  • des ballonnements ;
  • le syndrome du colon irritable ;
  • des fatigues chroniques ;
  • des douleurs articulaires ;
  • de l’hypertension ;
  • des problèmes de peau, acné, eczéma ;
  • des maux de tête et migraines (près de 90% des migraines ont des causes alimentaires) ;
  • des difficultés respiratoires ;
  • pertes de mémoire ;
  • une altération du comportement (jusqu’à ne plus reconnaître celui ou celle que vous aimez)…

Le problème est que ces symptômes sont lancinants et le plus souvent ignorés : on s’en prend à la fatalité, au corps qui vieillit et s’use sans retour.

Dites-vous bien que cette idée est presque toujours fausse et il suffit bien souvent de supprimer un aliment de ses menus pour que le symptôme disparaisse. Encore faut-il en avoir l’idée et la technique – vous allez le voir, il n’est pas toujours évident de sortir un aliment de sa cuisine et de son alimentation -.

C’est d’autant plus important qu’une intolérance alimentaire ignorée ne gâche pas seulement la vie au quotidien. Les intolérances favorisent des maladies graves et invalidantes : polyarthrite rhumatoïde, thyroïdite de Hashimoto ou diabète de type 1

S’il vous plaît, faites le test du pouls et parlez-en autour de vous !

Jean-Marc, j’ai fait le test. Mon rythme cardiaque s’est accéléré. Maintenant je fais quoi ?

Pour que le test soit fiable, il faut avoir arrêté de fumer pendant au moins 24h (on peut être intolérant à sa propre tabagie) et pendant les tests éviter les aliments et boissons avec de la caféine qui augmente naturellement le rythme cardiaque.

Par recoupement, au bout de quelques jours, vous aurez repéré les éventuelles intolérances à vos aliments quotidiens.

Quand vous soupçonnez un aliment, vous pouvez le manger isolément et refaire le test.

Pour vous aider, sachez qu’il existe deux suspects habituels qui sont presque toujours en cause en cas d’intolérance : le gluten et le lactose.

Le problème est qu’il ne suffit pas de supprimer les produits laitiers pour le lactose ou ceux à base de pain, pâtes, pizzas… pour le gluten. En effet l’industrie agro-alimentaire raffole du lactose et du gluten. On retrouve par exemple du gluten en agent épaississant dans les vinaigrettes de supermarchés, les plats préparés, les sauces…

Il est donc fortement recommandé d’éviter les aliments transformés. D’autant plus qu’ils contiennent systématiquement de nouveaux produits complexes et allergènes mis au point par l’industrie agro-alimentaire (sans compter les cuissons excessives des protéines qui n’arrangent rien).

Cela peut paraître très difficile, voire impossible. C’est pourtant une solution de bon sens, très efficace, source de beaucoup de plaisirs pour peu qu’on se donne un peu de peine.

Elle est, de plus, bien meilleur marché en plus d’être infiniment meilleure pour votre santé et gratifiante.

Mais si vous ne savez pas comment faire, attention au coup de blues. Vous aurez l’impression que tout ce qui est bon est interdit : pâtes, lasagnes, pizzas, couscous, gâteaux, tartes, viennoiseries et brioches, tous contiennent du blé, des produits laitiers, ou les deux !

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

******************************

Source :

[1] Intolérances Alimentaires, Quand votre intestin dit non ! P.1, Santé Nature Innovation, Octobre 2015

Les commentaires sont fermés.

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives