Témoignages vidéos d’EHS
  • Les abeilles électrosensibles ?:
      https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/du-faouet-vers-rennes-le-convoi-mortuaire-de-300-apiculteurs-bretons-5733656 et si les abeilles étaient, elles aussi, EHS électro-hypersensibles ? La combinaison des ondes prédatrices et de...

  • Déficit de l'attention et dopamine:
    J'adore cette rubrique du Figaro : elle est l'antenne institutionnelle pour conter toutes sortes de bêtises...

Archives d’un auteur

Les principales sociétés de téléphonie mobile alertent leurs actionnaires sur les risques possibles de cancer liés à leurs appareils.

Les principales sociétés de téléphonie mobile alertent leurs actionnaires sur les risques possibles de cancer liés à leurs appareils.

Les compagnies, dont Blackberry, EE, Nokia et Vodafone ont averti leurs investisseurs qu’ils pourraient devoir faire face à des actions en justice de la part d’usagers du portable s’il s’avérait que des études démontrent un lien entre l’utilisation de leurs produits et le cancer.

Par Grace Macaskill

Actualités
Les principale firmes de téléphonie mobile ont été accusé « d’être sélectives avec la vérité ».

Les plus importantes sociétés de téléphonie mobile alertent les actionnaires sur les risques potentiels des téléphones portables mais en cachant cette information aux consommateurs.
Les compagnies, dont Blackberry, EE, Nokia et Vodafone ont averti leurs investisseurs qu’ils pourraient devoir faire face à des actions en justice de la part d’usagers du portable s’il s’avérait que des études démontrent un lien entre l’utilisation de leurs produits et le cancer.

Jusqu’à maintenant ils ont négligé d’avertir les usagers de tous les risques potentiels aussi bien dans leurs publicités que sur leurs packagings.

British Télécom, qui possède le groupe EE, a informé sans détour ses investisseurs dans son rapport annuel de 2017 : « nous ne pouvons fournir l’assurance absolue que la recherche dans le futur n’établisse pas de liens entre les émissions de radio fréquences et les risques sanitaires. »
Et Nokia affirme ‘Il y a eu un certain nombre d’études scientifiques qui ont montré la possibilité que les ondes électromagnétiques émises par les appareils sans fil et les antennes relais aient des effets néfastes sur la santé, comme par exemple l’augmentation des risques de cancer ».

Monsieur Whitfield précise « si les sociétés avertissent leurs investisseurs d’un risque potentiel ils devraient aussi mettre en garde les gens qui utilisent leurs téléphones et leurs réseaux. Ils ont été sélectifs avec la vérité et ont décidé que ceux qui ont l’argent sont plus importants que le grand public ».

Les firmes impliquées expliquent qu’elles ont le devoir d’informer leurs actionnaires de tous les risques, même s’ils sont peu probables.Un tribunal en Italie a récemment établi un lien entre tumeurs et téléphones portables et l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer affirme qu’ils sont « potentiellement carcinogènes »
En France Orange a du rappeler environ 90 000 mobiles Happi30, du fait de leur trop haut niveau radiatif.

Devra Davis, Président du Syndicat de Santé Environnemental a déclaré : « les menaces financières liées aux litiges augmentent en même temps que les preuves scientifiques reliant les portables aux atteintes sanitaires. »Allant encore plus loin, la décision du tribunal italien précise que toute entreprise qui impose l’utilisation d’un mobile comme une condition de travail s’expose à de lourdes responsabilités.

L’information est tombée lorsque nous avons révélé que Neil Whitfield, un patient de 60 ans atteint d’un cancer du cerveau était le premier britannique à poursuivre un fabriquant de portable et pourrait toucher 1 million de livres sterling de Nokia, s’il gagne son procès.
Un père de famille anglais poursuit Nokia réclamant 1 million de livres sterling affirmant que l’usage du portable est la cause de sa tumeur au cerveau.

Blackberry et Nokia alertent les actionnaires de possibles actions en justice en lien avec la Commission d’échange et de Sécurité américaine.
Nokia explique que malgré l’adhésion à des normes « les inquiétudes concernant des atteintes à la santé…pourraient entraîner des difficultés pour acquérir et conserver des clients ».

Vodafone affirme qu’il n’y a « pas de preuves » de ces dangers mais ajoute « un changement de ce point de vue pourrait avoir…des répercussions ».
Pour Blackberry : « les risques perçus » pourraient affecter les ventes et conduire à des batailles judiciaires. La plupart des études n’ont trouvé aucun lien avec le cancer mais d’autres ont prouvé une augmentation de risque du cancer du cerveau.

Mr Whitfield attribue aux portables Nokia l’apparition d’un neurinome acoustique sur le nerf entre l’oreille interne et le cerveau. Son cas pourrait ouvrir des vannes et il ajoute : « les sociétés de téléphonie mobile se fichent pas mal de notre santé . Je suis à l’automne de ma vie mais je m’inquiète pour les jeunes générations qui passent des heures chaque jour collées à leurs portables. »
Nokia attaque sa plainte et affirme que « la sécurité à toujours été une considération clé » ajoutant : « tous nos produits répondent aux normes et limites mises en place par les autorités de santé publique. »

« 5G – de la couverture au tir ciblé »

Un document californien…voilà ce qui nous attend.

Avec la 5G nous aurons certainement des ennuis de santé, comme ce Monsieur…
Pour rappel, neuf villes en France sont en phase d’expérimentation de la technologie décrite ci-dessous.

« 5G – de la couverture au tir ciblé »

par Arthur Firstenberg – 22 janvier 2018 [Réf : document original en anglais]

L’élément le plus important sur la 5G dont personne ne parle c’est le « phased array » (le   « réseau phasé »).

NdT : ce qui veut dire utiliser un réseau d’antennes très proches et obtenir un faisceau dirigé comme un projecteur en agissant électroniquement sur les déphasages (décalages temporels) entre les antennes.
Cela changera complètement la façon dont les tours cellulaires et les téléphones cellulaires sont construits et transformera la couverture de rayonnement qui a enveloppé notre monde pendant deux décennies en un million de puissants faisceaux qui nous balayeront à tout moment.

Blake Levitt, auteur de Electromagnetic Fields: A Consumer’s Guide to the Issues and How to Protect Ourselves, ouvrage non traduit en français mais dont le titre serait « Champs électromagnétiques: Guide du consommateur sur les enjeux et comment se protéger » (Harcourt Brace, 1995), a attiré mon attention là-dessus.
Un ami commun, avec qui je discutait pendant la campagne pour vaincre le décret S.B. 649 en Californie, a transmis un message de Blake: « Les antennes 5G seront des réseaux en phase; Arthur saura ce que cela signifie « . C’est bien le cas.

Les « phased arrays » ont été l’une des premières choses que j’ai apprises au tout début de mon long périple involontaire d’étudiant en médecine à militant contre la technologie sans fil. Après avoir été impacté par les rayons X en 1980, j’ai commencé à lire tout ce que je pouvais trouver sur le rayonnement électromagnétique et ses effets sur la vie. Et l’un des premiers livres que j’ai lus était The Zapping of America de Paul Brodeur (W.W. Norton, 1977).

Avertissements précoces

Brodeur était un rédacteur du journal « New-Yorker » qui avait acheté une propriété à Cape Cod, Massachusetts, pour découvrir qu’à 30 miles à l’intérieur des terres, de l’autre côté de la baie de sa future maison, l’US Air Force prévoyait de construire la station radar la plus puissante du monde.
Elle devait scanner l’océan Atlantique en tant qu’élément d’alerte précoce clé nous protégeant contre la menace de missiles balistiques lancés par la mer depuis l’Union Soviétique. Bien qu’elle ait émis à une puissance moyenne de seulement 145 000 watts, semblable à certaines stations de radio FM, elle n’a pas diffusé d’une seule antenne ni uniformément dans toutes les directions..
Au lieu de cela, il y avait 3 600 antennes disposées en deux « réseaux de phasage » de 1 800 antennes chacun. Les antennes de chaque réseau travaillaient ensemble pour concentrer toute leur énergie dans un faisceau étroit et orientable électroniquement. Chaque faisceau avait une puissance effective de quatre milliards de watts, et le niveau de rayonnement maximal dépassait 3 watts par mètre carré – la limite de sécurité de la FCC (Federal Communication Commission) aujourd’hui – à une distance de dix miles devant la station radar. L’installation s’appelait « PAVE PAWS » (Precision Acquisition of Vehicle Entry Phased Array Warning System, ou « Système précis de détection d’un véhicule par réseau phasé »).

Le Département de la Défense a reconnu dans un rapport de 1975, cité par Brodeur, que de tels systèmes «alimentent des milliers d’éléments opérationnels, sont dirigés électroniquement à des vitesses de recherche élevées et fonctionnent sur une gamme de fréquences ayant un transfert maximum d’énergie corporelle à l’homme, et pour lesquelles très peu ou pas de données sur les effets biologiques existent».

Peu de temps après avoir lu ceci, j’ai découvert en effet quels étaient certains des effets biologiques. Tenter de finir ma maîtrise m’a presque coûté la vie. Je me suis effondré un jour avec tous les symptômes d’une crise cardiaque, après quoi j’ai démissionné de l’école et déménagé à Mendocino pour récupérer.
J’étais là dans l’axe des PAVE PAWS, celle qui balayait l’océan Pacifique. Cette PAVE PAWS était située à l’est de Mendocino, dans la Central Valley de la Californie, à la base aérienne de Beale. Et pendant neuf mois, tous les soirs à exactement 19 heures, peu importe où j’étais et ce que je faisais, ma poitrine se serrait et je ne pouvais pas reprendre mon souffle pendant les deux heures qui suivaient. A 21h précises, mon corps se détendait et je pouvais respirer.

J’ai vécu à Mendocino de 1982 à 1984, et même si j’ai finalement récupéré ma santé, j’étais toujours conscient d’une pression inconfortable dans ma poitrine quand j’étais sur la côte. J’ai aussi vécu à Mendocino de 1999 à 2004, et j’ai ressenti le même malaise chaque fois que j’étais là, et j’ai toujours noté qu’il disparaissait soudainement quand je sortais hors de portée de PAVE PAWS, et revenait aussitôt lors du retour au même point.

Faisceaux dirigés

La 5G va être à une gamme de fréquence beaucoup plus élevée, ce qui signifie que les antennes vont être beaucoup plus petites – assez petites pour tenir dans un smartphone – mais comme dans PAVE PAWS, elles vont travailler ensemble en un « phased array », et comme dans PAVE PAWS elles vont concentrer leur énergie dans des faisceaux étroits et orientables de haute puissance. Les réseaux d’antennes vont vous suivre, de sorte que partout où vous êtes, un faisceau de votre smartphone va être directement dirigé vers la station de base la plus proche (=antenne de téléphonie mobile), et un faisceau va directement être dirigé sur vous.

Si vous êtes situé entre le téléphone de quelqu’un et la station de base, les deux faisceaux traverseront votre corps. Le rayon de la tour vous atteindra même si vous êtes près d’un smartphone. Et si vous êtes dans une foule, plusieurs faisceaux se chevaucheront et seront inévitables.
À l’heure actuelle, les smartphones émettent un maximum d’environ 2 watts et fonctionnent généralement à une puissance inférieure à un watt. Cela sera toujours vrai pour les téléphones 5G, mais à l’intérieur d’un téléphone 5G, il peut y avoir 8 rangées de 8 minuscules antennes, toutes travaillant ensemble pour suivre la tour cellulaire la plus proche et la viser avec un faisceau étroitement focalisé.

La FCC a récemment adopté des règles autorisant la puissance effective de ces faisceaux jusqu’à 20 watts. Maintenant, si un smartphone envoie un faisceau de 20 watts dans votre corps, il dépassera de loin la limite d’exposition fixée par la FCC. La FCC compte qu’il y aura un blindage métallique entre la face d’affichage d’un téléphone 5G et le côté contenant tous les circuits et les antennes. Ce blindage sera là pour protéger les circuits contre les interférences électroniques qui pourraient être causées par l’affichage et rendre le téléphone inutilisable. Mais il permettra également d’éviter que la plupart des radiations ne se propagent directement dans votre tête ou votre corps.
La FCC permet donc aux téléphones 5G d’avoir une puissance rayonnée équivalente à dix fois celle des téléphones 4G.
Qu’est-ce que cela donnera pour l’utilisateur, la FCC ne le dit pas. Et qui va s’assurer que lorsque vous mettez un téléphone dans votre poche, le bon côté est face à votre corps? Et qui va protéger toutes les personnes autour de vous contre les radiations qui viendront dans leur direction dix fois plus fort qu’autrefois?
Et qu’en est-il de tous les autres équipements 5G qui seront installés dans tous vos ordinateurs, appareils ménagers et automobiles? La FCC appelle les téléphones portables «stations mobiles». Les émetteurs dans les voitures sont également des «stations mobiles».
Mais la FCC a également publié des règles pour ce qu’elle appelle des «stations transportables», qu’elle définit comme des équipements de transmission utilisés dans des emplacements stationnaires et non en mouvement, tels que les hubs locaux pour le haut débit sans fil dans votre maison ou votre entreprise. Les nouvelles règles de la FCC autorisent une puissance apparente rayonnée de 300 watts pour un tel équipement.

Une puissance énorme

La situation avec les antennes relais est pire.
Jusqu’à présent, la FCC a approuvé des bandes de fréquences autour de 24 GHz, 28 GHz, 38 GHz, 39 GHz et 48 GHz pour les stations 5G et propose d’ajouter 32 GHz, 42 GHz, 50 GHz, 71-76 GHz, 81-86 GHz, et au-dessus de 95 GHz à tout cela. Ceux-ci ont de petites longueurs d’onde et nécessitent de minuscules antennes. À 48 GHz, un réseau de 1 024 antennes mesurera seulement 25 centimètres carrés. Et la puissance rayonnée maximale d’une station de base ne sera probablement pas plus grande que quelques centaines de watts. Mais tout comme avec PAVE PAWS, les réseaux contenant un si grand nombre d’antennes seront capables de canaliser l’énergie dans des faisceaux très focalisés, et la puissance apparente rayonnée sera énorme. … Les antennes relais seront légalement autorisées à émettre une puissance apparente rayonnée allant jusqu’à 900 000 watts si elles possèdent un spectre de fréquences aussi large. Les stations de base émettant à une telle puissance seront situées sur le trottoir. Elles seront de petites structures rectangulaires montées sur des poteaux de services publics.

La raison pour laquelle les entreprises veulent tellement de puissance est que les ondes millimétriques sont facilement bloquées par des objets et des murs et nécessitent une puissance considérable pour pénétrer dans les bâtiments et communiquer avec tous les appareils que nous possédons et qui feront partie de « l’Internet des Objets » (Internet of Things en anglais,).
La raison pour laquelle de telles longueurs d’onde minuscules sont nécessaires est due à la nécessité d’une bande passante énorme — une bande passante cent fois supérieure à celle que nous utilisions auparavant — pour avoir des maisons intelligentes, des entreprises intelligentes, des voitures intelligentes et des villes intelligentes, ce qui veut dire relier autant de nos objets, grands et petits, à Internet, et leur faire faire tout ce que nous voulons qu’ils fassent aussi vite que nous le voulons. Plus la fréquence est élevée, plus la bande passante est grande, mais plus les longueurs d’ondes sont petites.
Les antennes relais doivent être très proches les unes des autres — à 100 mètres l’une de l’autre dans les villes — et elles doivent envoyer leurs signaux à l’intérieur des maisons et des bâtiments. Et la seule façon de le faire économiquement est avec des réseaux échelonnés et des faisceaux focalisés qui visent directement leurs cibles.

Qu’est-ce qui arrivera aux oiseaux qui volent à travers les faisceaux, la FCC ne le dit pas. Et qu’arrivera-t-il aux travailleurs des services publics qui grimpent sur les poteaux de services publics et travaillent à côté de ces structures tous les jours? Un faisceau de 30 000 watts ferait cuire un œuf ou un œil à une courte distance.

L’énergie provenant d’une station de base sera répartie entre autant de dispositifs connectés en même temps. Quand beaucoup de gens utilisent leurs téléphones simultanément, le téléphone de chacun va ralentir mais la quantité de rayonnement dans chaque faisceau sera moindre. Lorsque vous êtes la seule personne à utiliser votre téléphone, par exemple, tard dans la nuit, votre vitesse de transmission de données sera fulgurante, mais la plupart des radiations de la tour de téléphonie mobile seront dirigées vers vous.

Profonde pénétration des ondes dans le corps

Un autre fait important sur le rayonnement des antennes à réseau en phase est le suivant: il pénètre beaucoup plus profondément dans le corps humain et les hypothèses sur lesquelles sont basées les limites d’exposition de la FCC ne sont plus valables.

Cela a été démontré par Dr. Richard Albanese de la base aérienne de Brooks en liaison avec PAVE PAWS et a été rapporté dans Microwave News en 2002. Lorsqu’un champ électromagnétique ordinaire pénètre dans le corps, il provoque un déplacement de charges et un flux de courant.
Mais lorsque des impulsions électromagnétiques extrêmement courtes pénètrent dans le corps, il se passe quelque chose d’autre : les charges mobiles elles-mêmes deviennent de petites antennes qui rayonnent le champ électromagnétique et les renvoient plus profondément dans le corps. Ces ondes ré-irradiées sont appelées « précurseurs de Brillouin ». Ils deviennent significatifs lorsque la puissance ou la phase des ondes change assez rapidement.
La 5G satisfera probablement aux deux exigences. Cela signifie que l’assurance qui nous est donnée — que ces ondes millimétriques sont trop courtes pour pénétrer loin dans le corps — n’est pas vraie.

Aux États-Unis, AT&T, Verizon, Sprint et T-Mobile rivalisent tous pour que des tours, téléphones et autres appareils 5G soient disponibles dans le commerce dès la fin de 2018.

L’état de Californie à refusé la 5G.

LINKY et surcoût – témoignage édifiant !

Monsieur,
J’ai reçu votre courrier posté le 14/02….
J’ai d’autres informations à vous apporter concernant le Linky, elles
sont édifiantes, et le mot est faible.
Comme vous le savez peut être, j’ai fait partie des « heureux élus »,
chez qui les premiers compteurs Linky de test ont été posés en
2011/2012 (à l’époque, quelques quartiers de Lyon et quelques communes
du 37, dont la mienne, faisaient partie de ces tests).
Ma consommation électrique entre la pose du Linky et 2017 a été
multiplié par 4, alors qu’en parallèle, je remplaçais tous les
équipements énergivores, des ampoules jusqu’au lave-linge, par des
équipements neufs et non énergivores. Je précise que nous nous
chauffons au gaz et au bois, et non à l’électricité.
Après une enquête minutieuse de 6 mois, j’ai ENFIN découvert le
pourquoi de cette augmentation, et je viens ENFIN d’y mettre fin (je
viens de diviser ma consommation électrique par 3 en 2 mois).
Ci-dessous le déroulé de mon « enquête » et son dénouement:
En Mai 2017, j’ai créé mon espace personnel sur le site web Enedis.
Cet espace est fort bien conçu, et permet de visualiser la
consommation électrique par jour, par mois, et par heure.
Je m’y suis connecté chaque jour pendant un mois, et j’ai relevé ma
consommation horaire de chaque jour.
En Juin 2017, j’ai entré toutes ces données dans une table
statistique, et j’ai constaté que ma consommation présentait 2 pics
énormes, de 13h à 15H et de 1h à 3h du matin, tous les jours, 7 jours
sur 7.
La maison étant inoccupée en journée (nous sommes au travail), la
consommation de 13h à 15h était totalement inexpliquée.
Et la nuit, entre 1h et 3h du matin, généralement nous dormons, comme
tout un chacun.
Il y avait donc un mystère complet… j’ai commencé à regarder les
programmations des appareils, etc… mais aucun n’était programmé pour
fonctionner à ces heures indues !
En Juillet, j’ai continué à effectuer mes relevés journaliers sur
Enedis. Les pics de consommation de 2 fois 2 heures en 24h se
répétaient, invariablement…
Début Aout, par une belle nuit d’été et après un diner très tardif,
nous vaquions dans la cuisine, mon tableau électrique s’y trouve.
Et, à 1h du matin précise un « clac » assez discret, mais suffisamment
 sonore pour que nous le remarquions, se fait entendre, venant du
tableau électrique. Et là, j’identifie la source du bruit : le rupteur Heures Creuses /Heures Pleines du ballon d’eau chaude vient de se mettre sur « on », tout seul.
Je coupe le fusible du ballon d’eau chaude.
Le lendemain, je réactive le fusible du ballon d’eau chaude, et à 13h,
je me poste devant le tableau électrique.
A 13 H précises : « clac ! » le rupteur HC/HP se remet en marche
forcée ! Je coupe de nouveau le fusible du ballon d’eau chaude.
Le jour suivant, après une douche à l’eau froide (le ballon étant
coupé depuis quasiment 24h) je vérifie ma consommation de la veille
sur le site Enedis. Elle est divisée par 4, et, entre 1h et 3h puis
13h et 15h, la consommation est quasi nulle, les pics ont disparu !
Je venais de trouver ENFIN la solution à ce mystère insoluble : Une
impulsion électrique était envoyée vers le rupteur du ballon chaque
jour, à 1h et 13h, pour que celui-ci fonctionne pendant 2 heures, or :
– Cette impulsion était bien envoyée depuis « quelque part »
– Si j’avais choisi de programmer moi-même cette mise en route
du ballon, je n’aurais certainement pas choisi des horaires aussi
stupides (généralement on se douche plutôt en fin de journée ou au
lever, pas en pleine nuit ni après le déjeuner !)
A compter de ce jour, j’ai donc systématiquement coupé le fusible du
ballon d’eau chaude tous les matins, et je l’ai remis en route tous
les soirs, car je préfère me doucher à l’eau chaude, cela s’entend !
De 1h à 3h, j’avais toujours un pic de consommation, mais celui de 13h
à 15h avait disparu, et nous nous sommes aperçus que finalement, 2 h
de chauffe du ballon par cycle de 24 heures étaient suffisantes pour
avoir de l’eau chaude tout le temps.
J’avais donc identifié le problème, mais le ballon chauffait toujours
à une heure idiote (de 1h à 3h).
Ensuite, au bout 2 mois, me connectant toujours quotidiennement au
site Enedis, je me suis aperçu avec horreur que ma consommation
remontait de nouveau en flèche !
Et là, ho surprise, je constate que le ballon ne se met plus en route
seulement 2h par nuit, non, il chauffe pendant 3, voir 4 heures !
L’eau est d’ailleurs bouillante le matin !
J’ai alors réalisé à quel point le compteur Linky est « intelligent »,
car, à partir de mes données de consommation, le compteur envoie les
impulsions aux appareils « inertes » (comme un ballon d’eau chaude, et
cela pourrait aussi s’appliquer à des radiateurs électriques très
 simples sans programmateur), pour les faire fonctionner encore et
encore !
Bref, il est clair que :
– Linky analyse les données de consommation (du moins dans mon cas),
– Active visiblement les appareils « inertes » pour augmenter
la consommation globale de mon foyer
– « Apprend» assez vite les habitudes, et réadapte sa «
stratégie » pour me faire « consommer plus » (travaillant dans le
marketing, je connais toutes bien ces notions !)
– Et que, bien au contraire d’être un outil au service des
économies d’énergie, et partant, de la préservation de
l’environnement, il a été pour moi tout le contraire !
Mon compteur Linky n’est donc rien d’autre qu’une machine à consommer plus !
Fin Décembre, je suis passé à l’offensive.
Avec l’aide d’un ami électricien, nous avons :
– Shunté le rupteur HC / HP du tableau électrique
– Remplacé celui-ci, par un boitier programmable par tranche de
15mn, avec chronomètre mécanique, (et non électronique), posé dans un
nouveau petit tableau électrique à part, près du ballon d’eau chaude.
– La programmation active le ballon d’eau chaude de 4H30 à 6H30.
En Janvier, ma consommation a diminué de moitié par rapport à
Décembre, et a été divisée par 3 par rapport aux mois de Mai à Aout 2017.
Il n’existe plus dans la maison de « maillon faible » activable par le Linky.
J’ai reçu ma dernière facture d’électricité, le montant est de 90€
pour Janvier 2018, il était de 172€ par mois en 2017 !
Bref, il m’a fallu du temps pour trouver la solution, et revenir à des
montants de consommation «normaux », mais à force de patience, j’y
suis arrivé, et force est de constater que Linky a été pour moi un
vrai vecteur de surconsommation !
Je vous autorise à partager mon expérience autant que vous le pourrez,
car je pense que d’autres personnes sont dans mon cas, et un
investissement dans un boitier programmable mécanique est la solution
(il vaut 90€, mais j’ai en quelque sorte amorti ce montant en un mois
environ, grâce à la baisse soudaine de mes factures d’électricité ! Et
je précise, un programmateur mécanique est préférable, car seul une
intervention humaine peut l’activer !)
Bien cordialement,
Arnaud LE LANN
37210 NOIZAY

LINKY – appel à témoignages

Bonjour,

Devenu électro-hypersensible suite à l’activation du compteur Linky, ma vie a basculé : d’abord contraint d’abandonner mon logement, je me retrouve isolé socialement, et j’ai perdu mon emploi en médiathèque… Aujourd’hui j’ai décidé de poursuivre Enedis en Justice pour exiger réparation. Pour moi, mais aussi pour toutes les autres victimes du compteur Linky.

Le but est de prouver que ce compteur n’est pas inoffensif, et que les conséquences sur la santé sont bien réelles. Plus nous serons nombreux à témoigner de nos expériences vécues et plus nous aurons de chance de nous faire entendre. Tous ensemble nous pourrons enfin faire valoir nos droits.

Si pour vous aussi le compteur Linky a provoqué des conséquences sur votre santé, apportez-moi votre témoignage. Indiquez-moi ce qui vous est arrivé, les symptômes que vous ressentez, leurs conséquences, les démarches que vous avez faites… Je ne vous demande pas d’argent, pas d’engagement : juste votre témoignage.

Je lancerai une action en justice lorsque j’aurai recueilli suffisamment de témoignages. Sachez qu’il s’agit d’une action individuelle non « militante » mais que je suis soutenu par plusieurs associations, et déterminé à aller jusqu’au bout !

Merci pour votre collaboration.

-- 
Patrick VAILLANT - 40 Rue Victor Schoelcher - 35200 RENNES
Mail : patrick.abc35@netcourrier.com
Tél : 02 90 09 78 82 (laisser un message)

Les abeilles électrosensibles ?

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/du-faouet-vers-rennes-le-convoi-mortuaire-de-300-apiculteurs-bretons-5733656
et si les abeilles étaient, elles aussi, EHS électro-hypersensibles ? La combinaison des ondes prédatrices et de la chimie prédatrice ?
En l’absence de champs cultivés, mais avec la proximité d’une antenne de téléphonie mobile, on a observé la disparition des abeilles.
Les abeilles disparaissent massivement à mesure que disparaissent les zones blanches ?  https://mieuxprevenir2.blogspot.fr/search/label/Abeilles Cuba, l’un des seuls endroits au monde où les abeilles sont en bonne santé   Cuba a aussi un faible taux de pénétration des services de télécommunications et où les pesticides ont disparu depuis le début des années 1990,

https://www.notre-planete.info/actualites/735-mortalite-abeilles-ruches-France
https://www.notre-planete.info/actualites/72-miel-contamination-pesticides-neonicotinoides    ¾ du miel contaminé par des pesticides
http://www.apiculture.alsace/wp-content/uploads/2016/07/Apiculture01.pdf Premier consommateur en Europe, la France fait un usage immodéré de néonicotinoïdes – de son surnom « le tueur d’abeilles »

Il ne faut pas chercher loin la cause : essentiellement l’agriculture intensive très grande pollueuse et
grande cliente de labos chimiques. Un test évident : faites en voiture le trajet par ex Stbg-Mulhouse, il y a 30 ans le parre-brise était couvert d’insectes, aujourd’hui plus rien. J’habite le  Kochersberg, il y a 25 ans
beaucoup d’insectes, abeilles papillons… maintenant quasiment rien c’est vrai que derrière chez moi il y a
des champs de maïs et des vignes, cherchez l’erreur. Le comble c’est que les communes osent afficher des
libellules signes de non utilisation d’insecticides c’est vrai par les service municipaux mais totalement
faux des agriculteurs et on continue à respirer des produits chimiques malgré ces libellules…

http://jardinonssolvivant.fr/les-guepes-mal-aimees-mais-precieuses-auxiliaires-de-culture-par-antoine-riviere/

https://www.fne.asso.fr/communiques/frelon-asiatique-le-pi%C3%A9geage-de-printemps-une-menace-pour-les-pollinisateurs    France Nature Environnement et l’Opie conseillent aux citoyens de ne pas participer au piégeage massif de frelons asiatiques.
Le frelon asiatique est plus petit que le frelon européen. En 2016, le frelon asiatique a été découvert en Franche comté pour la première fois dans le pays de montbéliard par le GDS apicole. (http://www.fredonfc.com/activite-le-frelon-asiatique.html )
https://www.terraeco.net/Pour-proteger-les-abeilles-des,58880.html Cet apiculteur béarnais qui possède vingt ruches à Pau (Pyrénées-Atlantiques) est devenu un porte-voix discret mais engagé de méthodes plus douces pour cohabiter avec Vespa velutina. Il a ainsi mis au point une muselière. Ce grillage à mailles suffisamment larges pour laisser sortir les abeilles, mais trop étroites pour laisser entrer les frelons, protègent les ouvrières lorsqu’elles se placent sur leur planche d’envol, à l’entrée de la ruche, lieu favori des attaques du prédateur. « Je n’ai pas perdu une ruche depuis plusieurs années ! », se réjouit André Lavignotte. Ses observations alimenteront sans doute l’une des hypothèses des scientifiques
Les chercheurs soupçonnent en effet que les colonies d’abeilles domestiques meurent non pas parce qu’elles sont décimées par le frelon, mais parce qu’elles deviennent trop stressées pour sortir de la ruche. S’affaiblissant alors fortement, elles ne survivent pas à l’hiver ou aux maladies.

http://www.lefigaro.fr/jardin/2016/02/24/30008-20160224ARTFIG00290-abeilles-un-appat-radical-contre-le-frelon-asiatique.php

http://www.insectes.org/insectes/questions-reponses.html?id_quest=562

https://www.youtube.com/watch?v=ayeNJo_uzCQ Quel matériel pour démarrer une ruche ?
https://www.ets-leygonie.net/         https://www.apiculture.net/400-debutants   https://www.apiculture.net/346-capture-des-essaims
L’apiculteur souligne également l’importance de travailler avec des abeilles locales. « Il faut des abeilles
habituées à nos conditions climatiques et aux périodes de floraison, cela n’a pas vraiment de sens de
chercher des abeilles à l’étranger ou venant d’autres régions de France ».

http://jardinonssolvivant.fr/marc-de-cafe/   http://jardinonssolvivant.fr/glossaire/

(EFFRAYANT    http://www.fredonfc.com/sante-du-vegetal.html )  par ailleurs on déplore une catastrophe « la disparition des oiseaux »)

« Si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre », prédisait Albert Einstein

 

Archives