WIFI

Avez-vous du Wi-Fi dans le cerveau ?

 

Personne n’en parle… Et pourtant, c’est un phénomène mondial. Des centaines de millions de personnes sont touchées. Elles souffrent en silence, et subissent parfois les moqueries quand elles osent parler ouvertement de leur problème.

Ce problème planétaire, c’est l’hyper-électrosensibilité : 2 à 5 % de la population est déjà touchée.

Les études les plus récentes rapportent même des chiffres plus préoccupants : 11,3 % à Taïwan, et de 8 à 10 % en Allemagne en 2010.
Aucun chiffre fiable n’existe concernant la France… ce qui laisse présager des statistiques encore plus alarmantes.

Au début, on pensait que les symptômes avaient une origine psychique. Mais de plus en plus de personnes auparavant en très bonne santé présentent les mêmes signes au contact avec : les téléphones portables, le wifi, les babyphone, les antennes, même l’électricité ou certains types d’éclairage…
Tous ces appareils familiers nous rendent bien service au quotidien, et on ne prête guère attention à eux. Et pour cause, les ondes sont invisibles, inodores et inaudibles.

Votre smartphone, votre meilleur ami ? Mais sont-elles vraiment sans impact sur notre organisme ?

Il faut bien admettre que, dans ce dossier sensible, aux enjeux industriels et militaires énormes, l’émergence du doute et de la confusion est le grand prétexte pour éclipser la reconnaissance d’une telle évidence qui était difficile à évaluer il y a quelques décennies.

On sait aujourd’hui que la pollution électromagnétique provoquée par les champs électriques et magnétiques de notre environnement peut engendrer une hypersensibilité électrique et électromagnétique : c’est ça que l’on appelle l’hyper-électrosensibilité.

Le calvaire subi par des personnes devenues électrosensibles nous offre l’occasion de plonger dans les connaissances scientifiques existantes sur ces facteurs physiques qui génèrent une litanie de réactions et de souffrances. Un bruit silencieux en quelque sorte…

Depuis 2005, l’OMS reconnaît un problème… mais ne se mouille pas trop. L’électrosensibilité n’est pas reconnue officiellement comme maladie en France et fait l’objet de controverses entre experts, malades et associations écologistes.

Mais dès 2005, l’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu l’existence de symptômes potentiellement graves pouvant varier d’un individu à un autre, tout en estimant qu’il n’existait ni critère objectif pour poser un diagnostic ni base scientifique permettant de faire un lien avec les ondes.

La réaction de l’Académie de médecine est encore plus prudente. Ses experts avancent qu’il pourrait s’agir de simples « phobies» …

Et pourtant de plus en plus de victimes évoquent des maux multiples, qui commencent par des maux de tête et vont jusqu’à de graves dépressions.

Des symptômes terriblement réels !

Tous les hypersensibles identifient ces symptômes, mais ne pouvant se mettre à l’abri de ces ondes suffisamment tôt, leur tolérance s’est effondrée, occasionnant d’importants problèmes de santé: troubles du sommeil récurrents, douleurs en étau ou en écrasement à la tête, au cou, picotement ou brûlure à l’intérieur du corps, sensation d’irradiation, d’étouffement, de décharges électriques, troubles cardiaques (oppression, tachycardie, arythmie, palpitations…), troubles de l’humeur, de la mémoire et de la concentration, troubles cutanés, visuels, vertiges ou perte de connaissance, fatigue extrême.

Certaines personnes atteintes de longue date de troubles chroniques, ressemblant souvent à la fibromyalgie, finissent par faire un lien entre leurs troubles et leur exposition aux ondes, en expérimentant la réduction de leur exposition sur le moyen terme.

Une dépression s’installe chez la personne épuisée, dont tous les sens sont exacerbés, qui ne se repose plus, qui a des brûlures et des picotements partout, qui réagit de façon hystérique aux événements quotidiens de la vie, mais surtout à la moindre suspicion d’onde. Elle devient obsessionnelle.

Ces gens sont très souvent des spasmophiles. Ces ondes nocives font chuter leurs minéraux : calcium, magnésium et potassium échangé avec le sodium dans les cellules, par le phénomène de la pompe à sodium/potassium des membranes. Le potassium est important car il intervient au niveau des cellules de l’oreille interne et du cerveau.

Pratiquement tous les électrosensibles sont de grands allergiques, ce qui peut d’ailleurs se vérifier par des tests d’allergènes et par les taux d’éosinophiles dans le sang. Et la plupart du temps les personnes électrosensibles sont allergiques à de nombreuses substances : médicaments, pesticides, herbicides, métaux lourds, plantes et pollens divers, guêpes, abeilles, acariens etc. Il semblerait même que cette sensibilité allergique/électromagnétique acquise puisse se transmettre à la descendance.

Le problème, les ondes sont partout !

Oui, les ondes sont aujourd’hui absolument partout : on parle du « électro smog », c’est le brouillard électromagnétique dans lequel humains, animaux et plantes sont actuellement obligés de vivre.

Il existe un champ électrique naturel à la surface de la terre créé par les charges électriques présentes dans l’ionosphère (couche de l’atmosphère constituée de particules chargées). Il s’ensuit une constante électrisation de nos organismes due à une accumulation de charges électriques responsable de symptômes divers et variés.

Par ailleurs, toutes les fonctions de notre corps sont commandées par de petites impulsions électriques à basse fréquence. Enfin, nous sommes constitués à 70 % d’eau et par là même nous nous comportons comme un formidable conducteur électrique.
Alors que faire ? Tout débrancher et partir vivre au fond d’une grotte ?

Mes conseils simples pour limiter les dégâts

Eliminer au maximum les ondes électromagnétiques dans la maison et sur le lieu de travail, mettre une bonne terre sur le compteur électrique.

Utiliser le moins souvent et le moins longtemps possible téléphones portables et sans fil, et éteindre son smartphone la nuit.

Utiliser une montre sans mécanisme à quartz dont l’émission électromagnétique est trop rigide pour les vibrations harmonieuses de notre organisme.

Portez des chaussettes en tissu naturel, des chaussures à semelles de cuir qui ne fassent pas écran à la terre. Evitez les vêtements en fibres synthétiques.

Faire de la relaxation, des exercices respiratoires à la campagne.

Se doucher matin et soir pour enlever l’électricité statique du corps, marcher dans la rosée du matin les pieds nus.

Si vous habitez dans un immeuble en ville, tenez dans une main, vingt minutes chaque soir, la poignée d’un négativeur (appareil relié à la terre de l’immeuble) qui vous permet d’éliminer l’électricité statique que vous avez emmagasinée toute la journée.

Ces deux pierres neutralisent la 4G et les pollutions électromagnétiques
Pour neutraliser les téléphones sans fil, les bornes wifi, les ordinateurs portables ou de bureau, les compteurs électriques, et toute autre source de nuisance similaire, deux pierres se distinguent par leurs propriétés, la tourmaline et la shungite :

On prête à la shungite de remarquables vertus. La plus prépondérante serait de nous protéger de l’impact nocif des ondes électromagnétiques. Globalement, elle améliore, protège, neutralise et régénère.
La tourmaline est utilisée dans l’industrie pour ses effets photo électriques et électrostatiques, dus à la présence dans sa structure de charges négatives et positives parfaitement alignées. Son champ magnétique statique naturel attire la poussière de l’air.

Vous avez compris que derrière cette question de société, il y a un enjeu majeur de santé.
Dans quelques années, tout le monde dira sûrement que c’était évident et qu’il faut se protéger de tout cela. Mais aujourd’hui, c’est un peu comme crier dans le désert…

J’espère que mon modeste « cri » vous aidera. N’attendez plus et portez-vous bien.

Dr Jean-Pierre Willem

 

commentaire :

cet article a le mérite d’attirer l’attention sur la toxicité des ondes pulsées mais malheureusement l’utilisation de pierres ou autres dispositifs quels qu’ils soient ne pourront pas vous éviter des conséquences sanitaires désastreuses à court, moyen ou long terme, le brouillard électromagnétique dans lequel nous baignons étant à ce jour beaucoup trop dense.

Pourquoi le Wifi est il si toxique pour votre santé ….

Why Wi-Fi Is So Harmful to Our Health- Dafna Tachover
youtu.be
This was part of an event organized by Center for Safer Wireless in Virginia Hospital, VA, on Sept 18th, 2016. Dr. Martin Pall and Attorney Dafna Tacho

 

Newsletter N° 41 de Michel DOGNA – avez vous le WIFI chez vous ?

AVERTISSEMENT
L’abonnement à cette lettre ne donne pas accès aux conseils gratuits de Michel Dogna.

 

AVEZ-VOUS LE WI-FI CHEZ VOUS ?

L’Agence Européenne de l’Environnement, le Parlement Européen et de nombreux médecins dans le monde ont décrit le Wi-fi comme une technologie toxique. De son côté, le Conseil de l’Europe préconise l’abandon du Wi-fi dans les écoles et recommande depuis 2011 la baisse des seuils d’exposition des antennes-relais de téléphonie mobile.

En effet, les ondes Wi-fi de l’ordinateur (mais également du portable, du sans-fil DECT et du Bluetooth) travaillent sur des bandes de fréquences totalement différentes des ondes radio et télévision hertziennes, car ce sont des micro-ondes pulsées sur des très basses fréquences. Le Wi-fi émet sur une porteuse micro-onde de 2,45 Giga Hertz (exactement la fréquence d’agitation des molécules d’eau utilisée dans les fours micro-ondes dont il est issu) une grande densité de fréquences très basses, qui sont « pulsées par saccades », transmettent ainsi les informations textes, sons et images. Mais cette technologie est totalement incompatible avec la santé, même à 0,1Volt/mètre. En bref, vous vivez ainsi dans une maison transformée en un grand four à micro-ondes !!! En fait, c’est la nature du signal qui est toxique et non l’intensité du Wi-fi, qui même à très faible puissance, désorganise les processus physiologiques et détruit des structures biochimiques, entraînant la perte d’étanchéité de la barrière hémato-encéphalique, une baisse de production de la mélatonine et d’acétylcholine (maitres du sommeil, de la mémoire, de la concentration…) et des dommages génétiques irréversibles.

Il a également été prouvé que l’effet biologique de ces émissions composites se traduit par une production de protéines de stress avec résonance sur les ondes Delta du cerveau. Plusieurs études en double aveugle ont décrit l’EHS comme un trouble neurologique sans aucun lien avec le psychisme. Plusieurs études portent même sur les animaux (cigognes, bovins, grenouilles…) et la flore. Les symptômes communs sont l’insomnie, les maux de tête, la perte de concentration et de mémoire, les troubles cardiaques et de l’humeur.

Le syndrome l’électro-hypersensibilité (EHS) s’étant avéré occasionner un mal être physique sur  une moyenne de 6% des individus, le Conseil de l’Europe, le Parlement Européen, l’OMS et plusieurs Etats aux U.S.A ont classé l’EHS comme un trouble physiologique et non psychologique. L’OMS, en 2011, a même classé ces ondes en “cancérogène possible”. En outre, il existe aujourd’hui de nombreux travaux scientifiques qui démontrent que ce type d’onde peut occasionner le cancer du cerveau, de la thyroïde, de la glande parotide … etc. Depuis les années 60, les militaires appellent ces effets sanitaires le « syndrome des micro-ondes »

Fin 2009 en Italie, un jugement de Cour d’Appel a finalement établi officiellement un lien de causalité entre téléphone mobile et cancer, mais il va falloir, comme à l’époque du tabac et de l’amiante, effectuer des opérations de matraquage pour remettre en question cette technologie que l’on prétend jusqu’alors inoffensive…

A savoir que l’amiante avait cessé d’être couverte par les assurances américaines dès 1919, et les ondes de la téléphonie mobile et du Wi-fi depuis le début des années 2000 ! Or, les informations réelles sont souvent étouffées par des versions officielles à base d’expertises truquées sous influence. Cependant, on peut lire dans les polices courantes des compagnies d’assurance, que font partie des exclusions générales :

– les dommages de l’amiante,
– les dommages du plomb,
– les dommages des ondes électromagnétiques,
– les dommages des OGM.

Malgré cela, on entend dire que si c’était si dangereux ça se saurait, et qu’il n’est pas possible qu’une technologie autant utilisée puisse continuer d’exister en occasionnant tous ces dommages… C’est ignorer qu’en Angleterre, en Allemagne et en Autriche, le Wi-fi a été interdit dans les écoles et que le gouvernement allemand recommande depuis 2007 d’éviter le Wi-fi pour raisons sanitaires.(Mais en France on ne risque rien…..) Il se dit aussi que si le Wi-fi provoquait le cancer, il y aurait déjà des millions de cas vu qu’il a pénétré le monde entier depuis 2005. C’est ignorer que de très nombreux cas existent déjà, et qu’il faut quelquefois 20 ans entre le début d’une exposition et le développement d’un cancer…Et dans ce cas il est bien sûr facile de nier l’existence de la cause à effet.

Ainsi, en attendant la reconnaissance officielle de sa toxicité, nous vous recommandons de désactiver le Wi-fi (activé par défaut sur les Box internet) et d’utiliser un câble de connexion filaire. On comprend que dans un contexte de déni, vous ne serez pas encouragés à arrêter votre Wi-fi, si pratique et si moderne, surtout si vous ne “sentez rien” et avez l’impression de “revenir en arrière”. Mais souvenez-vous que c’est souvent après coup que la vérité éclate.

Nous vous encourageons à prendre cette responsabilité sans attendre, pour vous, vos proches et surtout vos enfants qui sont les plus sensibles. Notez que sur le plan technique, une connexion filaire est plus stable, plus rapide et aussi non accessible aux piratages et interférences avec le voisinage direct. Vous trouverez ici les conseils pour remplacer votre Wi-fi par une connexion filaire, y compris entre deux étages : http://www.robindestoits.org/_a227.html

Mais, évidemment, le prix à payer est d’accepter un « petit bordel » de fils de connexions sur votre bureau au lieu d’avoir une place nette. A ce sujet, je m’étais laissé séduire il y a quelques années par la solution clavier et souris sans fil ; et je m’étonnais que je ne puisse rester plus d’une heure devant mon ordinateur sans subir une poussée de tension et de sévères palpitations. Cela a duré au moins six mois, m’handicapant sérieusement dans mon travail jusqu’à ce qu’un problème technique me poussa à racheter un clavier et une souris 1ier prix… et miracle, plus de problème ! En fait, c’était l’émetteur sur mon bureau qui m’arrosait de plein fouet  . Tout cela, c’est cher payé pour juste un problème pratique de filasse et de place nette !

Paru dans le Contr’Infos n° 27 du mois de septembre 2014

 

Le WIFI – une technologie peu sure et toxique

Bonjour,

Je travaille dans l’armée. Pour des raisons de sécurité le wifi y est peu utilisé ou alors pour des sujet très peu classifié et encore par l’usage de procédés de chiffrement importants.

Il est assez facile de Hacker un réseau wifi avec un chiffrement standard, plus les échanges sur ce réseau sont nombreux plus il est facile de le forcer en écoute seule (c’est à dire sans laisser de trace.)
Forcer les accès d’un wifi sécurisée de manière standard (clé WPA) demande des cartes matérielle spécifiques, qui sont souvent les mêmes que celle du commerce auxquelles ont aura fait sauter le bridage, dans ce cas avec un simple logiciel ne demandant pas de connaissance particulière il faut compter 3 à 5 min pour forcer l’accès.
La cyberattaque Darkhotel a attiré l’attention sur les faiblesses des connexions Wifi. Les hackers s’introduisent d’abord dans le réseau Wifi d’un grand hôtel. Ils ciblent ensuite une personnalité haut placée d’un gouvernement ou d’une entreprise séjournant dans l’hôtel. Lorsque celui-ci se connecte au Wifi à l’aide de ses noms et numéro de chambre, les pirates envoient sur sa machine une notification l’invitant à mettre à jour un logiciel courant comme Adobe Flash. C’est ainsi qu’ils obtiennent outre les informations stockées,  leur identifiant entreprise.
Quelques entreprises sensible on déjà des solutions LIFI, mais cela reste assez peu connu.

[En juillet dernier, l’institut de CEA Tech présentait un modem bidirectionnel LiFi à haut débit. L’objectif à terme est de remplacer les réseaux Wi-Fi en utilisant l’éclairage électrique pour transmettre de la data, en produisant un signal optique à haute fréquence.Son concepteur met en avant plusieurs avantages, dont la première est son innocuité en matière de santé. « Les ondes lumineuses sont inoffensives pour le corps humain, voire bénéfiques à certaines fréquences », explique la société Lucibel. De quoi adresser les lieux sensibles comme les écoles ou les hôpitaux ou les écoles où le Wi-Fi est strictement encadré.Autre argument, la sécurité, point sensible dans les entreprises. « Alors que le Wifi traverse murs et plafonds, l’information Lifi n’est interceptable que dans le cône de lumière. La connexion reste confinée à l’espace désiré et est donc complètement sécurisée. Le système est donc particulièrement intéressant pour les secteurs dont les données sont très confidentielles : recherche et développement, défense, banques, sécurité », souligne Lucibel.]

Étant électrosensible, il faut bien expliquer que plus on est exposé aux ondes en puissance et en durée, plus on a des risque de développer une sensibilité. Comme un vieux poste de radio peux avoir des variation pour capter certaines fréquence selon l’humidité ou l’orientation de l’antenne, un électrosensible va être plus ou moins sensible à certaine fréquences et ce en constante évolution. En ce moment commencent à sortir des études sur les  » micro stess oxydatifs », induit pas les courant électriques que produisent les ondes dans notre corps.

Pour les cas de Wifi retiré pour raison de santé, on trouve au ministère des finance des exemples tel que celui ci-dessous.

Images intégrées 1

Le WIFI toxique pour la santé ? partie 1

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives