Témoignages vidéos d’EHS

Nocivité et études des champs magnétiques

 

A. INTRODUCTION

B. ETUDE SUR LA GLANDE PINÉALE ET LA MÉLATONINE

1. Rôle de la glande pinéale

2. Facteurs externes influençant la glande pinéale.

3. Rôle sur le sommeil

4. Effet de la mélatonine sur le cancer

 

C. ETUDE SUR LA MAGNÉTITE

1. Introduction

2. Magnétite et champs électromagnétiques

 

D. ETUDES STATISTIQUES SCANDINAVES

1. Champs magnétiques et cancers chez les personnes résidant à proximité des lignes à haute tension en Suède

2. Champs magnétiques et cancers infantiles.

3. Conclusion

 

A. INTRODUCTION

De très nombreuses études ont été réalisées sur la nocivité des champs électromagnétiques. Actuellement, nier les interactions entre champs électromagnétiques et mécanismes de la vie serait un non-sens scientifique.

Il faut savoir que la biologie moderne considère que les organismes vivants sont des systèmes ouverts. Cela signifie qu’ils prennent dans le milieu environnant, proche ou lointain, des informations rythmiques régissant leur milieu interne.

En d’autres termes, un être vivant peut être considéré globalement comme un ensemble de processus électriques en interaction avec des mécanismes biochimiques.

Certaines ondes électromagnétiques présentes naturellement sur la biosphère (et parfois produites artificiellement), peuvent ainsi influencer positivement ou négativement les mécanismes profonds de la vie.

Depuis la découverte, par Ilya Prigogine, prix Nobel de chimie, des  » structures dissipatives « , nous comprenons mieux dans quelle mesure ces ondes électromagnétiques sont capables de régir les mécanismes de la vie, de structurer les êtres vivants et même de leurs conférer leurs multiples formes au travers de la programmation de l’A.D.N.

 

La résonance électromagnétique met en jeu des énergies infimes. Un récepteur radio est capable de recevoir des informations provenant de très loin (un émetteur pouvant se trouver à des centaines de Km). Alors que l’énergie de transmission de l’onde est à peine détectable, le récepteur radio sera capable de la capter, de la sélectionner et de l’amplifier (en faisant intervenir un circuit résonnant) or, nos cellules fonctionnent selon les mêmes principes.

Tout être vivant fonctionnant à un certain niveau électrique, il est évident que toute perturbation de son environnement électromagnétique sera susceptible de perturber ses fonctions vitales.

Nous savons aujourd’hui de façon indiscutable que ces valeurs de 2 mG et 16 V/m sont des seuils au-delà desquels des risques sérieux existent (pour 8 heures d’exposition).

Il y a quelques années, nous savions que les champs électromagnétiques étaient nocifs mais sans pouvoir l’expliquer (seules des études statistiques démontraient une augmentation des problèmes de santé). Aujourd’hui, nous commençons à savoir expliquer pourquoi nos mécanismes biologiques peuvent être sensibles aux champs électromagnétiques.

Il ne faut pas oublier qu’un cancer peut mettre jusqu’à 20 ans pour se déclarer, les problèmes peuvent donc apparaître longtemps après l’exposition (les cellules atteintes peuvent rester inactives pendant plusieurs années et, à la faveur d’un agent promoteur comme l’exposition à un rayonnement non ionisant ou un état dépressif, qui diminuera l’immunité naturelle, le cancer se développe et devient apparent).

 

B. ÉTUDE SUR LA GLANDE PINÉALE ET LA MÉLATONINE

 1. Rôle de la glande pinéale

La glande pinéale est une glande endocrine située à la partie postérieure du tronc cérébral, en avant du cervelet. Elle sécrète une hormone qui se transforme dans le corps en mélatonine.

La mélatonine joue différents rôles dans le corps humain.

Rôle sur le sommeil en éliminant la noradrénaline.

Rôle sur le cancer et le vieillissement en détruisant les radicaux libres.

Certains scientifiques pensent que la mélatonine a un effet sur la maladie d’Alzeimer et de Parkinson.

Elle module et régule la sécrétion des hormones sexuelles.

Elle a une action régulatrice sur le système immunitaire.

2. Facteurs externes influençant la glande pinéale.

Cette glande est très active la nuit.

Le schéma ci-dessous vous montre comment la glande pinéale sécrète son hormone pendant 24 heures.

Des expériences ont démontré que la glande pinéale était sensible à la lumière (la lumière détruit la mélatonine ), et aux champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences, (des problèmes apparaîtront à partir de 2 mG) ce qui veut dire que quand vous dormez avec des rideaux de mauvaise qualité en ville par exemple, ou lorsque vos enfants dorment avec une lumière allumée (même une veilleuse), après quelques temps (plusieurs semaines) la glande pinéale va déplacer son pic nocturne d’émission de mélatonine et va ensuite cesser de sécréter cette hormone.

Il sera donc très important d’apprendre à vos enfants à dormir dans le noir complet et de placer de bons rideaux sur vos fenêtres (rideaux opaques).

En ce qui concerne l’électricité, il faudra penser à éloigner tous les appareils électriques des endroits où vous restez pendant de longues périodes, et notamment éloigner le réveil digital de votre lit ainsi que les appareils électriques du fauteuil où vous restez pendant de longues périodes.

Lorsqu’on règle le problème, (suppression de la lumière la nuit ou des champs électromagnétiques) la glande pinéale se remettra à fonctionner normalement après 3 jours.

Il faut savoir également que l’effet dépressif sur la mélatonine du rat, pour une exposition permanente à un champ magnétique de 50 Hz sera observée à partir d’une valeur de 10 mG après plusieurs semaines (10 mG chez le rat correspond à 1 mG chez l’homme).

 

3. Rôle sur le sommeil

Une exposition à un champ magnétique supérieur à 2 mG aura un effet sur la sécrétion de mélatonine et donc sur le sommeil.

Pendant la nuit, vous avez 3 cycles de sommeil qui sont, le sommeil lent, le sommeil rapide et le sommeil paradoxal, ce dernier étant le plus réparateur (période pendant laquelle vous rêvez).

Une exposition aux champs magnétiques ou à la lumière induira une différence qualitative et quantitative sur le cycle de sommeil paradoxal (il sera raccourci et de moins bonne qualité) ce qui provoquera des troubles du sommeil (insomnie).

Les symptômes en ce qui concerne les troubles du sommeil chez les enfants exposés à la lumière ou aux champs magnétiques seront un sommeil agité (ces enfants se retourneront souvent par exemple) et des troubles du comportement. Ils seront très nerveux par moment et paradoxalement, ils auront des somnolences en classe. Si le problème se prolonge dans le temps, cela pourra aller jusqu’à une déficience physique et intellectuelle.

En ce qui concerne les adultes, le symptôme sera des insomnies desquelles découleront d’autres problèmes comme des dépressions, déjà favorisées par l’exposition au champ magnétique (effet dépressif à partir d’une exposition de 1 mG).

 

Il est très étonnant de voir que certaines personnes exposées à des champs magnétiques importants retrouvent le sommeil après que leur chambre ait été dépolluée.

Lorsque le problème est réglé, il faut plusieurs jours de réadaptation, les premiers jours, le sujet sera plus fatigué (son corps doit se réadapter et récupérer) et par la suite, la fatigue disparaîtra. Ces symptômes s’observent de façon très évidente sur les enfants.

 

4. Effet de la mélatonine sur le cancer

Il apparaît que de faibles valeurs de champs magnétiques d’extrêmement basses fréquences sont capables de perturber la glande pinéale.

Les études les plus récentes nous permettent de mieux comprendre les mécanismes de la vie et notamment comment fonctionnent les cellules.

Nous savons qu’une cellule est influencée par les champs électromagnétiques qui la perturbent par une action de  » blocage « . La mélatonine a un effet sur le cancer en détruisant les radicaux libres qui sensibilisent les cellules et favorisent l’apparition de certains cancers et notamment le cancer du sein.

Nous savons également que la mélatonine, en pénétrant dans les cellules cancéreuses, exerce une action curative grâce à ses propriétés réductrices et qu’une exposition à un champ électromagnétique dépassant une certaine valeur bloque la cellule.

La mélatonine ne peut donc plus pénétrer à l’intérieur ce qui empêche l’effet réducteur de cette hormone à l’encontre des cellules cancéreuses.

Une déficience en mélatonine augmente le risque de cancer.

 

Une étude américaine a démontré que l’environnement lumineux dans les zones urbaines est en relation avec une augmentation du cancer du sein.

La mélatonine est également capable d’empêcher la prolifération des cellules cancéreuses (chez le rat pour le cancer de la prostate par exemple).

Chez l’homme, la mélatonine est utilisée pour soigner des sarcomes osseux (cancer des os), des lymphomes (cancer de la lymphe) et des leucémies (cancer du sang). Elle permet même, de stabiliser et parfois d’obtenir une régression partielle pour le cancer du pancréas (en la donnant artificiellement aux malades).

En ce qui concerne les risques de cancers, les études démontrent que les enfants sont plus sensibles que les adultes. Il faudra toutefois que les sujets (enfants ou adultes) soient exposés pendant une période relativement longue. Les autres rôles de la mélatonine ne seront pas expliqués dans ce document mais de plus amples informations pourront être reçues en me contactant.

C. ÉTUDE SUR LA MAGNÉTITE

 

1. Introduction

La magnétite est un aimant naturel {oxyde de fer naturel (Fe3 O4)}.

Il y a longtemps que l’on sait que la magnétite est présente dans les racines des végétaux (elle permet aux racines de pousser vers le bas).

Elle est également présente dans le corps de nombreux animaux (oiseaux, mollusques, insectes et poissons) et selon le professeur Kirschvink, (le scientifique qui a découvert la magnétite dans le cerveau) les baleines s’orienteraient lors de leurs migrations en se basant sur les champs magnétiques des fonds marins (la magnétite étant sensible aux champs magnétiques extérieurs) et elles échouent le plus souvent sur des plages situées près d’anomalies géomagnétiques.

Kirschvink a démontré que la magnétite se trouvant dans l’abdomen de l’abeille lui permettait de se diriger face au champ magnétique terrestre.

Selon ce qui a été vu ci-dessus, la magnétite peut se comparer à une boussole qui  » aide  » les animaux à se diriger.

La magnétite est donc présente dans le cerveau à raison de 5 millions de cristaux de magnétite par gramme, ce qui correspond à plus ou moins 7 milliards de cristaux dans le cerveau. Ces cristaux se trouvent à l’intérieur même des cellules en  » grumeau  » de 50 à 100 cristaux chacun.

La particularité de cette magnétite, c’est qu’elle est 1 million de fois plus sensible aux champs électromagnétiques que tout autre matériau biologique constituant le corps humain, y compris le fer des globules rouges qui sert à apporter l’oxygène dans le sang.

D’après Kirschvink, si une cellule sur 1 million contient de la magnétite, cela pourrait avoir des conséquences appréciables lors d’exposition à des champs électromagnétiques.

 2. Magnétite et champs électromagnétiques

Les cristaux de magnétite sont très sensibles aux champs électromagnétiques et ils se trouvent à l’intérieur même des cellules.

Tout objet métallique se trouvant dans un champ magnétique est influencé par ce champ et un aimant réagi encore beaucoup plus fortement au champ magnétique (dans certains types de moteurs, la partie en mouvement, le rotor, est constituée d’aimants artificiels).

Imaginez ce qui se passe dans une fragile cellule nerveuse exposée à un champ magnétique. Tous les petits aimants de magnétite vont vouloir  » suivre  » le champ et donc changer de sens en même temps que lui. Comme le champ change de sens 50 ou 60 fois par secondes, les aimants vont entrer en vibration.

Il est facile de comprendre que cette vibration engendrera un effet irritatif qui sera susceptible de provoquer des perturbations physiologiques plus ou moins graves à court ou à long terme.

N’oublions pas que les réseaux de téléphones cellulaires travaillent à des fréquences se situant entre 800 millions de Hz et 1800 millions de Hz.

En plus de cela, un champ électrique peut apparaître sur ces cristaux de magnétite. La résonance électromagnétique mettant en jeu des énergies infimes, si une tension prend naissance sur ces cristaux de magnétite, elle pourra être amplifiée par un phénomène de résonance et perturber certaines cellules.

 

D. ÉTUDES STATISTIQUES SCANDINAVES

1. Champs magnétiques et cancers chez les personnes résidant à proximité des lignes à haute tension en Suède

 

Le but de cette étude était d’explorer l’hypothèse selon laquelle les personnes se trouvant à proximité de ligne haute tension avaient plus de risques d’attraper des cancers.

Pour chaque personne exposée, on a pris plusieurs sujets témoins, les personnes exposées devaient avoir habité pendant 1 an au moins (pour les adultes) à moins de 300 m d’une ligne à haute tension de 220 ou 400 KV en Suède.

La période d’exposition se situe entre 1960 et 1985 et les cas étaient tous des cas diagnostiqués entre 1960 et 1985, l’échantillon de sujets dépassant les 500 000 personnes.

L’exposition a été estimée de différentes manières :

En mesurant l’exposition en certains endroits dans les habitations des sujets.

Les champs magnétiques engendrés par les lignes ont été calculés par ordinateur en tenant compte de la distance, de sa configuration et de sa charge.

Pendant que les mesures étaient effectuées, la charge de la ligne en ampère était enregistrée et le champ magnétique calculé. De cette manière une moyenne par année a été calculée.

Des mesures échelonnées sur 24 heures ont été effectuées pour un échantillonnage de sujets.

De nombreux éléments de confusion ont été pris en compte comme la qualité de l’air, l’exposition professionnelle à des produits chimiques etc ….

 

Les résultats obtenus furent les suivants :

Pour les leucémies infantiles, le risque relatif :

pour 2 mG est estimé à 2.7 (indice de fiabilité (IF) de 95%).

Pour 3 mG le risque relatif est de 3.8 (I.F. de 95%) ce qui veut dire 3.8 fois plus de risques de développer une leucémie avec un indice de fiabilité de 95 %.

Pour 5 mG le risque relatif est de 5.1 (I.F. de 95%).

 

Ces résultats persistaient lorsque les données étaient séparées selon l’âge, le sexe. Il n’y a pas de relation non plus avec les mesures effectuées sur le taux de pollution de l’air.

Pour ce qui est des adultes exposés aux champs magnétiques, le risque relatif pour une exposition de 2 mG est de 1.7 (leucémie myéloïde aiguë et chronique)

Le risque  » normal  » est estimé à 1

Les résultats corroborent l’hypothèse selon laquelle le risque de cancer augmente chez les personnes exposées à des champs magnétiques supérieurs à 2 mG.

 

2. Champs magnétiques et cancers infantiles.

Afin d’examiner l’hypothèse selon laquelle les champs magnétiques augmentent le risque de cancer chez les enfants, les données de deux études avec cas témoins ont été groupées.

La première étude a été vue ci-dessus.

La deuxième est une étude faite sur toute la population du Danemark.

Les résultats obtenus sont les mêmes que ceux vus plus haut, l’étude danoise corroborant les résultats de l’étude suédoise:

Il y a donc des risques à habiter sous des lignes à haute tension ou dans leur environnement immédiat.

 

3. Conclusion

Le cancer n’est qu’un état final, c’est pourquoi je trouve l’étude sur la glande pinéale beaucoup plus intéressante, étant donné qu’elle prend le problème à son point de départ.

Il ne faut pas oublier qu’un cancer peut mettre jusqu’à 20 ans pour se déclarer. Il serait donc intéressant de vérifier à long terme l’évolution du nombre de cancers provoqués par ce genre d’exposition.

Certaines études effectuées sur des animaux ont également démontré que des problèmes pouvaient apparaître après plusieurs générations.

Pour les humains, une étude tend à démontrer que les enfants ayant des parents exposés aux champs électromagnétiques (comme des électriciens par exemple) développent plus facilement des leucémies sans avoir été exposés eux-mêmes (une rupture de l’A.D.N. pourrait en être la cause).

Il est également très inquiétant de constater que de plus en plus d’enfants naissent avec des tumeurs cancéreuses.

Depuis 10 ans le cancer est la première cause de mortalité du fœtus.

Dans de trop nombreux cas, si le champs électromagnétique n’est pas la cause directe du mal, il est sans aucun doute un facteur accélérant le mécanisme de destruction des cellules (en éliminant le pic nocturne d’émission de mélatonine ou en affaiblissant l’organisme par exemple).

Cependant, notons aussi que toutes les personnes exposées aux champs électromagnétiques ne développent pas un cancer de même que tous les fumeurs ne développeront pas un cancer du poumon. Le risque sera simplement plus important.

 

Design by Atomiksky & kitgratos.net

http://www.bioelectric.be/01_03_nocivite.html

 

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives