Témoignages vidéos d’EHS

LINKY a très probablement fait son second mort…

Incendie : le compteur LINKY a très probablement fait son second mort

Après un premier drame mortel le 7 mars en Meurthe-et-Moselle, le compteur Linky vient très probablement de tuer une seconde personne, à Saint-Julien-les-Villas (Aube).

Les Linky causent des incendies graves et parfois mortels.

Combien de morts faudra-t-il pour qu’Enedis et les autorités françaises sortent du déni ?


Polémique :

A-t-on la certitude que c’est bien le Linky qui a tué ?

Les incendies graves et parfois dramatiques objectivement causés par les compteurs Linky se multiplient au fur et à mesure des installations de ces compteurs malfaisants.

Personne ne peut croire que Le Parisien, L’Est éclair, La Dépêche du Midi, l’Est Républicain, France bleu, la Nouvelle République, etc, soient à la solde de prétendus « activistes » anti-Linky. Les médias rendent continuellement compte d’incendies causés par les Linky, souvent posés peu de temps auparavant voire le jour même.

La question n’est plus de savoir si le programme Linky nous met en danger de mort violente par incendie : c’est désormais une certitude.

Mais Enedis et les autorités restent dans le déni et tentent de déconsidérer nos alertes (pourtant totalement justifiées). Mais ces négationnistes se mélangent parfois les pinceaux, comme on a pu la voir dans l’affaire de Laxou

En effet, dans un article de l’Est Républicain du 14 mars, on apprend que, selon l’expert, le compteur concerné serait un compteur ordinaire et non un Linky. Mais dans son communiqué de déni, Enedis prétend que « Le compteur Linky est intact ».

Cette incroyable contradiction suffit largement à mettre en doute toutes les belles dénégations d’Enedis et de la préfecture.

De toute façon, le programme Linky mettant en jeu des intérêts financiers gigantesques, il serait d’une grande naïveté de croire que, lorsqu’un incendie se produit, Enedis reste les bras croisés en espérant que le Linky ne soit pas mis en cause.

Au contraire, ce sont les gens d’Enedis qui sont immédiatement dépêchés et qui, sous prétexte de mettre l’installation en sécurité, nettoient consciencieusement la scène du crime, avant de décréter que « le Linky n’y est pour rien ».

C’est assurément ce qui va encore se produire concernant ce nouveau drame à Saint-Julien-les-Villas. Mais il est évident que c’est bien le Linky qui tue et que, en réalité, il y a probablement déjà bien plus de deux morts causés par les incendies des Linky.

La question reste posée : combien de morts faudra-t-il avant qu’Enedis et les autorités françaises de résolvent à prendre la même décision que la province canadienne du Saskatchewan suite à 8 incendies : désinstaller les compteurs communicants.

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.f

Les commentaires sont fermés.

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives