Les ondes sans fil affectent le système nerveux central

 Exacerbation des syndromes de maladies démyélinisantes  après exposition à un modem sans fil avec point d’accès public.

 Electromagn Biol med. 2016 Jun 29 : 1-5.
Johansson O1, Redmayne M2.
Résumé
En août 2003, âgée de 48 ans J.S. du Colorado, USA, une thérapeute de remise en forme et nutritionniste du sport, a contracté le virus neuroinvasif du Nil occidental qui lui a laissé une déficience due à des lésions axonales de la colonne vertébrale. En août 2014, elle a soudainement développé des symptômes ressemblant beaucoup à ceux de son infection aiguë du Nil 11 ans auparavant, y compris les maux de tête, ataxie, vertiges et convulsions focales. Sa formule sanguine avait l’air normale donc il n’y avait aucune infection évidente.
Ce qui l’a frappée comme étrange, c’est que lorsqu’elle a quitté son appartement pendant un certain temps, les symptômes se sont arrêtés. Elle a découvert qu’un nouveau type de modem sans fil, activé à des fins personnelles et fonctionnant aussi comme un hotspot public, conçu pour atteindre jusqu’à 100 m, avait été installée dans l’appartement sous le sien. Son voisin a remplacé le modem avec un routeur sans la fonction hotspot. Après cela, les crises d’épilepsies se sont arrêté immédiatement, et les autres symptômes ont disparu progressivement, après quoi elle allait bien et pouvait encore bien dormir.
Plus tard, quand un autre  hotspot a été installé et activé dans un appartement adjacent, JS a remarqué une fois de plus les symptômes. Une association possible entre l’hypersensibilité, l’intégrité de la myéline et l’exposition aux champs de radiofréquences électromagnétique de faible intensité  (RF-EMF) typique dans le monde moderne a récemment été proposée.
. Étant donné que le virus du Nil occidental s’attaque aussi bien aux cellules nerveuses et aux cellules gliales, une explication des effets du cas observé ci-dessus est que l’attaque de virus initial et RF-EMF du modem sans fil affectent le système nerveux à travers des avenues très identiques, ou similaires et peut-être les deux via les oligodendrocytes.
 Mots clés : Beacon signal ; WiFi ; hypersensibilité ; point d’accès ; myéline ; maladies neuro-dégénératives ; exposition aux radiofréquences ; effet stroboscopique
Electromagn Biol Med. 2016 Jun 29:1-5. [Epub ahead of print]

Exacerbation of demyelinating syndrome after exposure to wireless modem with public hotspot.

Author information

Abstract

In August 2003, 48-year-old JS of Colorado, USA, a fitness therapist and sports nutritionist, contracted neuroinvasive West Nile virus which left her with disabilities due to spinal axonal damage.In August 2014, she suddenly developed symptoms very much like her acute West Nile infection 11 years ago, including focal seizures, ataxia, vertigo and headaches. Her blood count looked normal so there was no obvious infection. What struck her as odd was that when she left her apartment for any length of time, the symptoms stopped. She found out that a new type of wireless modem, enabled for both personal use and functioning as a public hotspot designed to reach up to 100 m, had been installed in the flat under hers.Her neighbor replaced the modem with a router without the hotspot feature. After that, the seizures stopped immediately, and the other symptoms faded gradually, after which she was fine and again could sleep well. Later, when another activated hotspot was installed in an adjacent flat, JS once again noticed symptoms.A possible association between electrohypersensitivity, myelin integrity and exposure to low-intensity radiofrequency electromagnetic fields (RF-EMF) typical in the modern world has recently been proposed. Since the West Nile virus attacks both the nerve cells and the glial ones, one explanation to the above observed case effects is that the initial virus attack and the wireless modem’s RF-EMF affect the nervous system through the very same, or similar, avenues, and maybe both via the oligodendrocytes.

KEYWORDS:

Beacon signal; WiFi; electrohypersensitivity; hotspot; myelin; neurodegenerative disease; radiofrequency exposure; strobe effect

PMID:
DOI:
[PubMed – as supplied by publisher]

Les commentaires sont fermés.

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives