Témoignages vidéos d’EHS

Le compteur surconsomme car il envoie des informations et crypte vos données personnelles

 

http://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-ouest-lyonnais/2017/11/20/le-compteur-linky-d-une-saint-genoise-de-90-ans-disjoncte-22-fois-en-trois-jours

www.leprogres.fr
À son âge, S. D. ne s’attendait pas à s’improviser équilibriste pour relancer son compteur électrique. Pourtant, fin octobre, la voilà perchée sur un …

Saint-Genis-Laval – Vie Quotidienne Le compteur Linky d’une Saint-genoise de 90 ans disjoncte 22 fois en trois jours

À son âge, S. D. ne s’attendait pas à s’improviser équilibriste pour relancer son compteur électrique. Pourtant, fin octobre, la voilà perchée sur un tabouret pour avoir du chauffage dans son appartement.

Récit.

«  Ce compteur est plus sensible que l’ancien », a déclaré un technicien Enedis à sa cliente qui passait son temps à réenclancher son Linky jusqu’à 14 fois par jour. Photo Victoria HAVARD La panoplie de S. D. comprend une petite lampe torche pour son compteur intérieur (à gauche), une lampe torche moyenne et un tournevis pour le compteur extérieur (à droite). Sans oublier le tabouret ! Photo Victoria HAVARD

La panoplie de S. D. comprend petite lampe torche pour son compteur intérieur (à gauche), moyenne lampe torche et tournevis pour le compteur extérieur (à droite). Sans oublier le tabouret ! Photo Victoria HAVARD
«  Ce compteur est plus sensible que l’ancien », a déclaré un technicien Enedis à sa cliente qui passait son temps à réenclancher son Linky jusqu’à 14 fois par jour.
Photo Victoria HAVARD
La panoplie de S. D. comprend une petite lampe torche pour son compteur intérieur (à gauche), une lampe torche moyenne et un tournevis pour le compteur extérieur (à droite). Sans oublier le tabouret !
La situation en est presque devenue hilarante pour cette résidente des Récollets. Installée depuis huit ans dans cet appartement situé derrière la mairie de Saint-Genis-Laval, S. D. s’est vue installer un compteur Linky le 26 septembre dernier. « Enedis m’avait annoncé la venue d’un technicien pour le changement de compteur entre le 17 et le 24 septembre. Finalement, il est venu le 26, alors que j’étais absente. C’est à mon retour que j’ai vu le nouveau compteur. »

L’engin vert anis, c’est Linky, compteur “intelligent”. Mais pour S.  D., c’est devenu “la bête”. « Pendant un mois, tout s’est bien passé. Mais le 30 octobre, il a commencé à disjoncter. »

Entre se chauffer et se nourrir, il faut choisir !

Ce jeudi-là, le compteur Linky disjoncte 14 fois. Le lendemain, rebelote, avec pas moins de cinq  relances nécessaires. Le vendredi, Linky a de nouveau disjoncté trois fois.

Avec l’aide de sa fille et de son gendre, S. D. tente donc de contacter un technicien Enedis. « Nous sommes passés de service en service, avec des temps d’attente considérables à chaque fois, explique la fille de S. D. Et pendant tout ce temps, ma mère est restée sans chauffage ! »

Alors qu’un premier rendez-vous est proposé entre le 13 et le 17 novembre, l’urgence de la situation pousse le fournisseur à envoyer un premier technicien dès le 31 octobre. « Il était très sympathique, mais nous a expliqué qu’il ne pouvait rien faire pour nous. » En guise d’explications, ils devront se contenter de : «  Ce compteur est plus sensible que l’ancien. »

Le gendre de S. D. décide alors de prendre l’affaire en main, et contacte un ami électricien, qui se déplace jusqu’à l’appartement de la nonagénaire. «  Il a tout fait disjoncter avant de relancer quelques fusibles seulement. » Lors de la venue du second électricien, quelques neuf jours plus tard, S.  D. apprend que son compteur, d’une puissance de 3 kVa, devrait être poussé à 6 kVa pour que ses appareils fonctionnent. « Et donc payer deux  fois plus cher », ajoute la fille.

Enedis répond

« Payer plus cher, qu’importe tant que l’on peut disposer de ses appareils électriques ! », fait remarquer la retraitée. En effet, l’appartement de S. D. étant entièrement alimenté à l’électricité, l’utilisation simultanée des plaques de cuisine et du chauffage entraîne une situation qu’elle ne connaît que trop bien : la disjonction du compteur.

Le dernier technicien à être venu à la résidence aurait même indiqué à S. D. qu’il lui faudrait du 9 kVa pour son compteur, mais que cela impliquerait un changement de colonne, et qu’elle était invitée à contacter sa régie. « Pour que ça prenne encore deux ans ? Non merci ! », s’insurge la dame.

Du côté d’Enedis, on indique clairement que le compteur Linky ne peut « être tenu responsable des dysfonctionnements rencontrés. En effet, dans le cas présent, lorsque nous sommes intervenus pour changer le compteur, nous avons réglé le disjoncteur sur la même puissance que celle indiquée sur l’abonnement. Elle ne correspondait pas aux besoins en électricité de la cliente, qui a dû réadapter son contrat. »

Chose faite depuis quelques semaines déjà, et pour l’instant, S. D. reprend le contrôle de son appartement : « C’est vrai qu’il n’y a pas eu de nouveaux incidents depuis le changement de contrat. Même si je ne peux toujours pas utiliser deux plaques en même temps. Et Enedis m’a expliqué, après, que cette procédure pouvait se faire en un coup de téléphone. Je suis donc bien curieuse de savoir pourquoi j’ai dû attendre neuf jours à relancer mon compteur une trentaine de fois si tout pouvait se régler aussi facilement. »

Aujourd’hui cette Saint-Genoise, peut désormais profiter de son appartement chauffé, dans lequel elle peut également cuisiner.

C’est, en kVa, la nouvelle puissance du compteur de S. D., qui a dû modifier son contrat avec son fournisseur à la suite de l’installation du compteur Linky.

Victoria Havard

Les commentaires sont fermés.

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives