Témoignages vidéos d’EHS
  • Les abeilles électrosensibles ?:
      https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/du-faouet-vers-rennes-le-convoi-mortuaire-de-300-apiculteurs-bretons-5733656 et si les abeilles étaient, elles aussi, EHS électro-hypersensibles ? La combinaison des ondes prédatrices et de...

  • Déficit de l'attention et dopamine:
    J'adore cette rubrique du Figaro : elle est l'antenne institutionnelle pour conter toutes sortes de bêtises...

Autre

LIVEBOX PLAY ORANGE : dangereuse même wifi desactivé

 

Ces dernières semaines nous avons tous, EHS, été très éprouvés par l’accroissement de l’electrosmog; nous avons tous pensé aux effets des derniers aménagements du récent 4G. Je voudrais avertir tous les usagers a fortiori EHS qu’une modification grave des Livebox d’orange pourrait en être aussi responsable :

Le matin du mercredi 11 décembre j’avais constaté que les hautes fréquences dans mon appartement avaient nettement augmenté.

Acouphènes, crépitements dans l’oreille en téléphonant…

Après de mauvaises nuits et tous ces symptômes trop bien connus, j’ai affiné les mesures en essayant de déterminer de quel foyer d’antennes relais venait ce changement.

Surprise : moins d’emissions à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’appartement.

Surprise n°2 : tout vient de la La nouvelle box d’Orange, modèle noir dite  » play » (échangée à la Toussaint car les ports éthernet de la boite blanche classique ne fonctionnaient plus) mesurée avec le Cornett, tous wifi éteints, émet désormais en continu 3 à 5 V/m avec des pics de 15 V/m !

Une fois emballée dans du Yshield, 0,1 à 0,3…

Le service contacté n’a pas compris pourquoi, bien que tous les wifi soient désactivés, elle émettait tant et m’a proposé un échange en boutique en me conseillant d’effectuer des mesures de cette box et de celle qui me serait proposée chez eux. Interlocuteur très aimable, acceptant parfaitement le fait que je sois EHS et que je veuille un matériel neutre non émetteur.

En boutique, le responsable a refusé de me laisser mesurer la box défaillante et ne l’a pas rebranchée. Il a prétendu ne pas réussir à configurer la nouvelle dont j’ai quand même remarqué qu’elle émettait sur place 3 V/m dès branchement.

De retour chez moi, nouvelle livebox Play, bien configurée, wifis désactivés, toujours les mêmes chiffres alarmants, les pics à 10, 15 V/m.

La box est à nouveau emmaillotée et l’employée d’Orange qui me rappelle m’explique qu’il y a des mises à jour régulières et que le signal n’est plus de 2,4 mais de 5 Ghertz afin d’avoir un flux plus puissant pour les jeux video.

Je lui fait remarquer que mon wifi (+ wifi partagé + wifi avancé) est désactivé et qu’il ne devrait pas y avoir de hautes fréquences mais elle prétend que seul un modem d’émet pas; je mesure régulièrement mes appareils et je sais très bien que c’est nouveau.

Après s’être étonnée que je ne veuille pas être entourée d’ondes (je précise qu’il s’agit des hautes fréquences que je refuse), que je n’ai pas de four micro-ondes (je n’ai pas la présence d’esprit de lui demander comment elle accepte l’idée d’être elle-même dans un vaste micro-ondes), elle me propose de revenir au modèle blanc précédent.

Dernier test avant l’échange :

Livebox play (noire) seulement sur secteur, sans adsl ni aucune autre connexion, les hautes fréquences sont identiques, mêmes pics à 15 V/m.

J’en conclus que lors de la dernière mise à jour automatique, une sorte d’airport, de détection de réseau, à été activé par l’opérateur sans que j’en ai été informée.

L’après midi même c’est mon compagnon qui ira effectuer l’échange en boutique.

Plus de modèle blanc : on lui apprend que les 4 clients précédents ont procédé au même échange !

Il finira par trouver l’ancien modèle dans une dans une boutique voisine; installation faite, plus aucune émission HF détectable…

Elise

PS : Dans la boutique Orange, le responsable était très agacé que je veuille faire des mesures, prétendant d’abord que je ne pourrais mesurer précisément ma box compte tenu de l’electrosmog ambiant. Que je l’informe que ma box émettait 10 à 20 fois plus que ce à quoi il était exposé l’agaçait encore plus.

Soyons clair dans sa boutique les émissions oscillaient ente 0,5 V/m et quelques pics à 1 V/m. Devant toutes mes explications il s’est énervé en déclarant n’y rien connaitre. Je regrette de ne pas lui avoir dit qu’il devrait au contraire avoir de quoi mesurer sur place l’innocuité de tout son matériel. Nous devrions tous en faire de même…

Personnellement, je sors très souvent mon détecteur (Cornett ou Esi, selon) : cela interpelle le grand public et finira, je pense, à force de comparaisons, par obliger les opérateurs à être transparents.

TABLETTES NUMERIQUES ENFANTS : ATTENTION DANGER !

A l’approche de Noël fleurissent des publicités destinées à convaincre les parents d’offrir à leurs enfants des « tablettes junior » , parfois « dès 4 ans ! »

Aux yeux de l’industrie, manifestement, il n’est jamais trop tôt pour s’exposer aux champs électromagnétiques… en effet, dès lors qu’elles se connectent à Internet, ces tablettes émettent des ondes, autrement dit des champs électromagnétiques pulsés, dont les effets néfastes sur la santé ont été largement prouvés par des études sérieuses.

Or, ces risques sont encore renforcés pour les enfants, dont les tissus sont plus minces, et dont l’exposition au cours de la vie sera plus longue. Les travaux du chercheur américain George Carlo soulignent les effets de ces ondes sur le développement de l’autisme et des troubles similaires.  L’ANSES, pourtant très soucieuse de ne pas alimenter les « peurs irrationnelles », est obligée d’admettre ce qu’elle appelle pudiquement des « effets biologiques » : troubles du sommeil, mort des cellules, stress oxydatif, atteintes à la fertilité masculine… Elle recommande également de réduire l’exposition des enfants aux champs électro-magnétiques. Avec les tablettes, on fait exactement le contraire !

L’ANSES va rédiger un rapport sur les ondes et les enfants, mais il sortira après Noël, on se demande bien pourquoi.

Mais alors, pourquoi tout cela n’est-il pas interdit ?

Mais ça l’est, ou cela devrait l’être.

Ainsi, le code de la santé publique (article L5231-4) permet au ministre de la santé d’interdire la distribution d’équipements radiolélectriques destinés aux moins de 6 ans. Le problème est que les ministres successifs se sont gardés de prendre les arrêtés correspondants… Le même code, dans son article L5231-2, interdit de faire de la publicité pour l’usage des portables en direction des moins de 14 ans. Même si cet article ne s’applique pas aux tablettes (elles n’existaient pas à l’époque !) l’esprit est le même !!

Protégez vos enfants, ne tombez pas dans le piège : n’achetez pas de tablettes connectées.

L’industrie fait appel, pour vendre ces produits, au couple infernal « séduction – addiction » qui a fait ses preuves pour le tabac. Elle prépare des adultes « accros », dépourvus de sens critique et d’autonomie, auxquels elle pourra vendre tout et n’importe quoi.

Dites stop, dites non. Donnez à vos enfants la chance de découvrir le réel avant le numérique et de développer leur propre pensée, leur propre créativité. Les tablettes sont dangereuses, et le monde est plus vaste et plus intéressant qu’un écran.

Distribuez ce texte à tous les parents et grands parents de votre connaissance.

P.J. : 6 documents dont :
– Lettre au Ministre de la Santé, Madame Marisol TOURAINE
– Lettre à la Directrice Générale du DGCCRF, Madame Nathalie HOMOBONO
– Photos journaux enfants distribution Novembre 2013 OUI-OUI et LES P’TITES PRINCESSES
– Page catalogue Jouéclub 2013
Etienne CENDRIER
Porte-Parole national

TABLETTES

 

TABLETTES (V 1)

Bonjour,

C’est effectivement le mauvais cadeau de Noël de cette année. Le produit qui prolifère et dont il serait bon de se débarrasser ! ou au moins d’avoir la sagesse de supprimer au moins les hyperfréquences en WiFi, mais qui ne sont que la plus grosse partie agressive et qui nuit à l’entourage. Pour les basses fréquences et la multitude de circuits et autres fréquences générées par l’appareil, son écran tactile, etc, le champ magnétique perturbé généré par la pile, directement en contact avec son utilisateur, c’est encore une autre histoire…

A déconseiller, surtout avec le WiFi actif. Privilégier un usage modéré et de préférence sans réseau actif (on perd alors une bonne partie du pouvoir d’attraction de la chose…)

Sur certaines tablettes, il est possible d’adapter un réseau filaire ethernet avec un clé USB-ethernet, ce qui permet de supprimer le WiFi de la tablette. Mais pour cela il faut déjà oublier les 30 % de tablettes de la marque de la pomme et avoir une tabler androïd et la clé qui sera reconnue, ce qui n’est pas gagné et s’adresse aux experts informatiques.

Et une tablette à fil, c’est difficile à faire passer…

Le plus pénalisant pour les électrosensibles, c’est que ce jouet va rendre pour encore plus de foyers le WiFi indispensable… d’où une contamination encore plus difficile à contrôler dans un environnement d’habitat collectif.

Et imaginons que l’ado qui vit dans la chambre de l’autre côté de la votre dans un immeuble joue toute la nuit avec son nouveau doudou WiFi, là on a gagné le gros lot ! Pour savoir ce qui se passe réellement, des mesures sur 24 heures devient de plus en plus nécessaires !

Ne parlons pas de l’effet sur les enfants : j’ai vu un cas de gamin hyperactif totalement perturbé par le WiFi de son Ipad (le gamin a 2 ans et s’en sert mieux que n’importe quel adulte alors qu’il ne sait pas encore lire)… Cas d’un autiste surdoué ? peut-être. Mais électrosensible, sûrement, vu les tests qui ont été faits en énergétique sur lui…

Cordialement,

Bruno Geissert,

Conseiller en environnement électromagnétique.

Pussiez d’en Haut

73400 Ugine

Tel : 33 (0)4 79 89 75 54

www.equilibrehabitatsante.com

Pour votre santé et celle de votre entourage, préférez les appels téléphoniques depuis et vers les téléphones fixes

filaires.

Consultez et adoptez les 12 bons réflexes pour limiter votre exposition à la téléphonie mobile du Criirem (rubrique

téléchargement pratique) : http://www.equilibrehabitatsante.com/crbst_16.html

berger <louis.boxberger@gmail.com>

Objet : Rép : Tablettes

Date : 4 décembre 2012 13:25:13 HNEC

Les tablettes et surtout les Ipad ne fonctionne qu’en Wifi ou en 3 g voir les 2 a la fois , c’est un ( mauvais ) choix de Steeve Jobs, il n’y a même pas moyens de connecter un câble Ethernet et il n’y a pas de prise usb pour copier des documents, c’est voulu . Le défunt maître de la pomme avait dit « pas de fils … a la patte  » . Donc effectivement c’est une horreur pour les EHS. Gardons nos bon vieux pc ou mac et vive le filaire 🙂

 

la RFID – une technologie qui pose des prob sanitaires

http://parisculturesociale.over-blog.com/article-la-rfid-dans-les-bibliotheques-une-technologie-qui-pose-des-questions-d-ordre-sanitaire-ethique-e-111955970.html

CPL: un risque sanitaire…

CPL : attention aux ondes !

Par Frédéric Bordage – 06/02/2009

Personne - Cidel - Alexandre Tichit -small

Alexandre Tichit, Cidel.

Responsable des projets “immotiques & domotiques” au sein de la société CIDEL France, Alexandre Tichit fait le point pour GreenIT.fr sur les pollutions électromagnétiques liées à la technologie CPL (courant porteur en ligne) qui consiste à transformer le réseau électrique en réseau informatique.

Un risque sanitaire
Le CPL n’est pas une solution technique miracle. Il ne fonctionne que lorsque le réseau électrique a été rigoureusement câblé sans inversion de phase, ce qui est loin d’être une généralité. Mais ce n’est pas le principale problème. Les perturbations électromagnétiques du CPL posent une vraie question de santé publique. Le CPL génère assez de perturbations électromagnétiques (sur les communications ondes courtes) pour être interdit à l’aéroport du Luxembourg et dans tous les sites militaires de l’OTAN.

Quels sont les impacts sanitaires liés aux rayonnements qu’entraine l’utilisation du CPL ? Après 3 ans de recherche, je constate qu’à ce jour il n’y a toujours pas eu en France (et dans bien d’autres pays) d’étude sérieuse et impartiale sur le sujet. Pourtant, certains pays tels que la Suisse, la Suède, et la Norvège ont fortement réglementé l’utilisation du CPL. Cette technologie est même parfois interdite dans les écoles et les hôpitaux.

Un effet de levier positif pour l’environnement
Le CPL est idéal pour un bus de terrain de très bas niveau en extérieur (avec un trafic faible et espacé dans le temps sur le bus) avec des lignes enterrées profondément et des câbles courants forts blindés de façon appropriée. EDF et d’autres compagnies “générales” d’électricité ont très vite su tirer avantages et profits d’une telle solution dans l’éclairage publique.

EDF porte également une attention toute particulière aux possibilités de “relever” les compteurs avec une telle méthode. L’économie qui en suivrait serait colossale : des milliers d’agents qui ne relèveront que rarement de visu la consommation, et ce sans que EDF ai besoin de déployer un réseau ou louer les services d’un cablo-opérateur… L’impact sur l’environnement serait également très important puisque cette méthode éliminerait des centaines de milliers de kilomètres de déplacement chaque année. Il faut cependant espérer que cela ne se fasse pas au détriment des usagers qui pourraient se retrouver en permanence exposés aux ondes.

Les premiers à avoir tirer la sonnette d’alarme sur les fortes perturbations qu’engendre le CPL et les “éventuels” risques sanitaires, sont les spécialistes radio-amateurs qui connaissent fort bien les normes d’émissions imposées par l’ART, et qui ont vite constaté qu’une simple installation CPL chez un particulier (maison de 200m2) émet des ondes radio largement plus puissantes que ce qui est légal et autorisé pour la santé avec un émetteur radio.

sources :
http://www.ce-mag.com/archive/03/ARG/hansen1.html
http://billaut.typepad.com/jm/2005/01/cpl_et_radios_n.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Courants_porteurs_en_ligne
http://www.next-up.org/Newsoftheworld

Archives