Témoignages vidéos d’EHS

Médecins

Les dangers des ondes électromagnétiques – Dominique Belpomme

Partie 1:

Les dangers des ondes électromagnétiques… par JaneBurgermeister

Partie 2:

Les dangers des ondes électromagnétiques… par JaneBurgermeister

Partie 3:

Les dangers des ondes électromagnétiques… par JaneBurgermeister

Nouvel appel des médecins allemands

ondes-toxiques10 ans après l’Appel de Freiburg
Les radiofréquences sont un problème de santé publique.
 Les médecins exigent des mesures de précaution.

Plus de 1000 praticiens ont signé « l’Appel de Freiburg » en 2002. Il a été traduit en de nombreuses langues. Plus de 36 000 personnes dans le monde entier soutiennent ces mises en gardes relatives aux dangers des ondes. Aujourd’hui, dix ans après l’appel de Freiburg, nous, médecins et scientifiques, en appelons à nouveau, à nos collègues, à la communauté internationale et également aux hommes politiques du monde entier.

I – Exposé des motifs

Malgré tous nos avertissements, de plus en plus de nouvelles technologies sans fil se sont introduites dans nos vies : les réseaux de téléphones cellulaires, TETRA, LTE, téléphones sans fil, Wi-Fi, les moniteurs pour bébé, les compteurs sans fil, la radio et la télévision numérique et bien d’autres. Toutes ces technologies sans fil interfèrent avec l’organisation biophysique de la vie avec des couches et des densités croissantes de champs électromagnétiques.

La vie humaine, animale et végétale est régie par les champs électromagnétiques et des signaux naturels. Les champs électromagnétiques artificiels, de très basse et de très haute fréquences, peuvent interférer fortement avec les processus biologiques de la communication et du métabolisme cellulaire. Initialement, le pouvoir d’auto-guérison des êtres vivants compense les déséquilibres à travers des mécanismes de contrôle subtils. Le stress électromagnétique prolongé, cependant, peut conduire à une déficience chronique de cette régulation homéostatique et conduire à la maladie.

De nombreuses études scientifiques ont démontré que les champs électromagnétiques pouvaient porter atteinte à ces capacités d’autorégulation et produire des effets biologiques nuisibles : la perméabilité accrue de la protection par la barrière hémato-encéphalique, des changements dans l’activité des ondes cérébrales et du rythme cardiaque, la libération déséquilibrée de neurotransmetteurs et d’hormones (en particulier l’augmentation des hormones de stress), des troubles du système immunitaire, des dommages au matériel génétique, la baisse de fertilité, pour ne nommer que quelques-uns des exemples les mieux établis. Pour le stress oxydatif – une cause principale de nombreuses maladies – il a été démontré que c’est un mécanisme central de l’exposition aux rayonnements.

On observe actuellement une augmentation inquiétante des problèmes de santé mentale tels que la dépression, le syndrome de l’épuisement, ainsi que le sommeil, l’anxiété et les crises de panique. Ceci s’applique également à une multitude d’autres maladies : accidents vasculaires cérébraux chez des personnes jeunes, des troubles neurologiques dégénératifs (par exemple apparition précoce de syndromes de démence), des céphalées, des acouphènes, l’autisme, les troubles de l’apprentissage, les problèmes de concentration, les troubles du comportement. Des observations empiriques suggèrent que l’exposition aux radiofréquences joue un rôle dans les facteurs environnementaux déterminants dans l’augmentation régulière des allergies, des problèmes de peau, des syndromes douloureux, la sensibilité aux infections, l’hypertension artérielle, les troubles du métabolisme et multi-systèmes.

De plus en plus fréquemment, on observe également une relation temporelle et spatiale claire entre l’apparition de ces symptômes, les troubles et le début d’une exposition à des radiations, par exemple dans le voisinage d’une tour de téléphonie cellulaire nouvellement installés, une utilisation intensive du téléphone cellulaire), ce qui suggère un lien de causalité. Une association entre utilisation du téléphone portable ou du téléphone sans fil et l’augmentation nette des tumeurs du cerveau a été pointé à multiples reprises dans la littérature scientifique.

Les enfants et les adolescents sont plus vulnérables. Après la leucémie, les tumeurs du cerveau sont la seconde cause de cancer chez l’enfant. En Europe, le taux de cancer chez l’adolescent a augmenté de 1,5% par an. En Angleterre, les tumeurs du lobe frontal et du lobe temporal chez l’enfant a augmenté significativement entre 1999 et 2009. Les enfants affichent de plus en plus un comportement addictif quant à l’utilisation de leur téléphone portable et des technologies sans fil. De nombreux appels et résolutions appellent pourtant à une protection spécifique des enfants et des adolescents, comme par exemple l’a fait l’Agence européenne de l’Environnement fin 2011.

Le nombre de ceux qui souffrent d’électrohypersensibilité ne cesse de croître. Des individus électrosensibles peuvent développer des symptômes graves immédiatement, voire plusieurs heures après l’exposition aux champs électromagnétiques et aux radiations artificielles. La Suède a reconnu l’hypersensibilité électromagnétique comme une handicap fonctionnel. Le Parlement européen a appelé ses Etats membres « à suivre l’exemple de la Suède » et les gouverneurs d’Etats américains ont sensibilisé le public sur les conséquences de l’hypersensibilité électromagnétique. L’Association autrichienne de médecine a publié un guide pour le diagnostic et le traitement des personnes électrosensibles.

Nos observations médicales ont été confirmées par les découvertes scientifiques. Les effets indésirables des champs électromagnétiques et l’atteinte aux mécanismes de contrôle biologique à des seuils biens inférieur aux limites d’exposition actuelles ont été démontrés, et dans certains cas, depuis des décennies. Le rapport du Groupe de travail BioInitiative internationale (2007) a documenté une multitude de risques pour la santé sur la base de l’évaluation de plus de 1500 études scientifiques. Depuis lors, de nombreuses études ont confirmé les résultats inquiétants et en même temps ont montré que les limites d’exposition actuelles, qui sont basées exclusivement sur les effets thermiques, sont obsolètes. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé les rayonnements RF comme cancérigène possible en mai 2011 en se basant sur les risques accrus de tumeurs cérébrales chez les utilisateurs intensifs de téléphone portable pendant plusieurs années. Et les leaders du marché des fabricants de téléphones cellulaires corroborent l’association quand ils justifient leurs demandes de brevet avec l’argument du risque de cancer.

Dans de nombreux appels et résolutions au cours des dernières années, de plus en plus de scientifiques et de médecins ont souligné les risques pour la santé associés aux ondes électromagnétiques. En 2008, le Comité Russe de protection contre les rayonnement a donné un avertissement au sujet des conséquences sanitaires irréversibles, notamment pour les enfants, et à nouveau en 2011, a intensifié son avertissement. L’Agence européenne pour l’environnement a appelé à des mesures de précaution d’urgence en 2009. Dans une résolution unanime en 2011, le Conseil européen a exhorté les membres à abandonner les politiques de communication sans fil, puisqu’elles sont considérées comme non viables sous leur forme actuelle.

II_ Appel

Par cet appel, nous, médecins et scientifiques, en appelons à nos collègues, aux dirigeants et gouvernements des Etats et à tous les citoyens dans le monde entier à agir et à déployer les stratégies de précaution suivantes, qui s’inscrivent dans les droits humains fondamentaux :

- Garantir l’inviolabilité des maisons en diminuant les niveaux d’exposition extérieurs qui pénètrent à travers les murs
- S’assurer de niveaux d’exposition beaucoup plus faibles ainsi que de limites d’exposition en rapport avec la protection des êtres humains et de de la nature des effets biologiques des champs électromagnétiques. Continuer à déployer ces technologies sans fil est irresponsable
- Préférer les solutions filaires pour les utilisations domestiques ou dans les services publics, notamment les écoles maternelles et primaires, les collèges et lycées, les universités, les maternités et les hôpitaux
- Arrêter l’utilisation de transmetteurs continus tels que les téléphones sans fil de type DECT, les points d’accès internet en Wi-Fi, et les compteurs intelligents de type Linky ou 3G et les reprogrammer afin qu’ils n’émettent que lors d’une communication.
- Protéger plus spécialement les enfants et adolescents : les enfants de moins de 8 ans ne devrait pas utiliser de téléphones portables ou sans fil ; les enfants et adolescents entre 8 et 16 ans ne devraient pas pas utiliser de téléphones portables sauf en cas d’urgence. La publicité pour les portables et les communications sans fil à destination des enfants et adolescents devrait être interdite
- Apposer des étiquettes d’avertissement et des recommandations de sécurité pour réduire les expositions, notamment dans les manuel d’utilisation, sur les portables et tous les appareils émettant sans fil. Une recommandation importante : « ne pas tenir un téléphone portable allumé à proximité du corps »
- Identifier et marquer clairement des zones protégées pour les personnes électrohypersensibles ; établir des refuges publics sans accès Wi-Fi ou couverture de réseau téléphonique, tout particulièrement dans les transports publics, similaires aux zones non-fumeurs.
- Promouvoir les technologies de communication et de l’utilisation de l’électrivité compatibles avec la santé. Préférer les solutions filaires pour les usages domestiques et publics. Déployer la fibre optique en technologie moderne, durable et performante, en adéquation avec la demande toujours croissante de haut débit.
- Accorder des subventions gouvernementales à la recherche et l’éducation indépendante de l’industrie qui ne relègue pas au second plan les rapports relevant des risques potentiels, mais établit une clarification de ces derniers.

Parallèlement, nous appelons toute personne préoccupée par la santé et l’environnement à :

- faire des choix de consommation avisés et ainsi contribuer à la réduction des expositions.
- préférer les technologies filaires
- s’informer et transmettre cette connaissance à vos amis, vos voisins, votre famille et aux personnalités politiques.
- s’impliquer de manière à ce que la protection de la santé humaine et de l’environnement ne soit pas laissée aux mains d’intérêts commerciaux

21 nov 2012

(Traduction collectif des électrosensibles et Priartem dans l’attente du texte traduit par les auteurs de l’appel lui-même)

PDF - 55.1 ko

Abidjan : Les risques et dangers de l’électropollution

Abidjan.net – Actualités  – Fraternité Matin

Antennes-relais : Les risques et dangers de l’électropollution

jeudi 7 mai 2009

J’ai parcouru avec beaucoup d’intérêt les différents articles et interview paru dans la presse ces temps-ci relatifs aux nuisances et nocivités des champs électromagnétiques (CEM) des antennes-relais de téléphonie mobile. J’ai trouvé assez anecdotique et dangereux le procédé qui va consister à interroger la population (profane, insuffisamment informée et pauvre) sur son assentiment à accepter ces antennes s’implanter anarchiquement ou non à proximité de leurs habitations.

Je me permets de faire un tour d’horizon de « morceaux choisis » sur les conséquences néfastes avérées de ces antennes-relais sur la santé, en particulier celle des enfants et des plus jeunes en sachant que de nos jours, chaque citoyen est exposé à un mélange complexe de champs électriques et magnétiques de différentes fréquences, à la maison comme au travail. Ce qui correspond à l’électropollution.

 Normes et divers types de CEM (Champs ElectroMagnétiques).

Comme le souligne les spécialistes, les ondes de Type Téléphonie Mobile (TTM) qui regroupent les émissions des Antennes-Relais, GSM, UMTS, WIFI, WIMAX, BLUETOOTH, DECT, sont dangereuses pour les êtres vivants parce qu’elles sont pulsées, c’est à dire émises par saccades très brèves. Ces ondes ne diffèrent que par leur fréquence : Téléphonie mobile : GSM 900 MHz, GSM 1800 MHz, UMTS 2100 MHz (téléphonie de 3ème Génération), WIFI 2400 MHz, WIMAX 3500 MHz.

Ces émissions de téléphonie mobile ont une structure physique triple :

– Une hyperfréquence dite porteuse

-Des modulations en extrêmement basse fréquence pour les signaux portés

-Une multipulsation chaotique

Chaque structure a sa toxicité propre, la pire étant la multipulsation.

Les normes européennes actuelles fixent un seuil d’exposition maximal à 3 V/m, défini dans le cadre réglementaire de la compatibilité électromagnétique. Or dans la pratique, ces seuils d’exposition sont de 41V/m pour les antennes à 900 MHz et 58V/m pour les antennes à 1800 MHz.

Les preuves scientifiques des risques sur la santé des populations

L’un des rapports les plus remarquables est sans nul doute celui de la BIOINITIATIVE WORKING GROUP qui prouve de façon définitive, preuves scientifiques à l’appui, les dangers des CEM (Champs ElectroMagnétiques). Ce groupe de travail international de scientifiques, chercheurs et professionnels de politique de santé publique (Le BioInitiative Working Group) a rendu son rapport le Vendredi 31 Août 2007 sur les Champs Electromagnétiques (CEM) et la Santé. Il soulève de sérieuses préoccupations relevant de la sécurité des limites d’exposition publique existantes qui régulent le niveau des CEM autorisé des lignes à Haute-Tension, des téléphones mobiles, et bien d’autres sources d’exposition quotidienne aux CEM dont  les irradiations électromagnétiques émises sont liées à la hausse des risques de leucémie infantile et peuvent favoriser des cancers en avançant dans la vie. Cette exposition est responsable de centaines de nouveaux cas de leucémie infantile chaque année aux Etats-Unis et à travers le monde de même que des tumeurs du cerveau et du neurinome acoustique provenant des téléphones mobiles ainsi que de la maladie d’Alzheimer.

L’expert en Santé Publique et co-éditeur du Rapport, le Dr. David Carpenter, Directeur à l’Institut pour la Santé et l’Environnement à l’Université d’Albany, New York, dit : “ce rapport est dressé pour un appel au réveil que l’exposition à long terme à quelconques types de CEM peut causer de graves effets sur la Santé. Une bonne conception de santé publique est maintenant nécessaire pour prévenir des maladies cancéreuses et neurologiques liées à l’exposition aux lignes à Haute-Tension et autres sources de CEM. Nous avons besoin d’informer la population et nos décideurs que «poursuivre les affaires comme s’il n’y avait pas de problème» est inacceptable.”

Nancy Wertheimer, expert en santé publique au Colorado a observé que les enfants qui avaient deux à trois fois plus de probabilités d’avoir une leucémie avaient tendance à vivre dans des maisons dans la région de Denver, au Colorado, proches de lignes à haute tension et de transformateurs. Maintenant, il y a des douzaines d’études qui confirment le lien.

Le Dr. Lennart Hardell, spécialiste des tumeurs du cerveau à Örebro, Suède nous dit ceci, « normalement, les tumeurs du cerveau mettent longtemps à se développer, de l’ordre de 15 à 20 ans. L’utilisation d’un téléphone mobile ou sans fil est liée aux tumeurs du cerveau et aux neuromas acoustiques (tumeur du nerf auditif dans le cerveau), et elles apparaissent en 10 années seulement (un temps plus court que pour la plupart des autres substances cancérigènes connues). Une évaluation récapitulative de toutes les études sur les tumeurs du cerveau montre globalement une augmentation de 20% de risques de tumeur du cerveau (gliome malin) en dix années d’utilisation. Mais le risque augmente pour des tumeurs du côté du cerveau essentiellement utilisé lors d’appels sur téléphones cellulaires »

Selon le Dr. Martin Blank, professeur à l’Université de Columbia et chercheur en bioélectromagnétiques, “…L’ADN dans les cellules vivantes reconnaît les champs électromagnétiques à un très bas niveau d’exposition et produit une réponse de stress biochimique. Des normes d’exposition biologiquement fondées sont nécessaires pour prévenir des perturbations des processus corporels normaux. Des effets sont reconnus pour endommager l’ADN (génotoxicité directement reliée à l’intégrité du génome humain), la communication des cellules de l’organisme, le métabolisme et la réparation des cellules, de même que le système de contrôle anti-cancéreux interne du corps et celui de la protection contre les maladies cancéreuses et neurologiques.

Symptômes généralement ressentis

Les multiples enquêtes sanitaires aussi bien par les autorités publiques de tutelle que par les localités ont permis de répertorier les maladies liées aux CEM. Le rapport des experts scientifiques vient donc confirmer cette longue liste, non exhaustive.

Il s’agit de maux de tête, nausées, dépression, irritabilité, troubles du sommeil, vertiges, pertes de concentration, troubles cardiaques et de tension, maladies de peau, troubles des rythmes du cerveau, attaque destructrices des organes, des yeux et des oreilles. Ces symptômes pouvant conduire à la longue aux cancers du cerveau, du sang, du système lymphatique, des endocrines et surtout de la thyroïde, avec des crises d’épilepsie, des interruptions de grossesse et des malformations.

Syndrome des Micro-ondes

L’interaction des CEM (champs électromagnétiques), des hyperfréquences (micro-ondes) avec le métabolisme humain génère un syndrome particulier dit des micro-ondes ou syndrome des Hyperfréquences. On dénombre un certain nombre de pathologies courantes liées à ce syndrome dont les principales sont : bradycardie, tachycardie, hyper/hypotension, athérosclérose, somnolence, insomnie, difficultés de concentration, vertiges, troubles sensoriels, pertes de concentration, fatigue chronique, leucémies, mélanome, cancers du sein, irruptions cutanées diverses, dermatites, dermatoses, eczéma, psoriasis, modification de la formule sanguine (taux élevé de lymphocytes), forte prématurité, foetopathies « toxiques », fausses couches, retard de croissance, modification pubertaires dont baisse de QI., diminution drastique du sperme (infertilité), diminution drastique de la libido, tumeurs, perturbation de l’électroencéphalogramme, indifférence, introversion, passivité, résignation, dépression et anorexie mentale, irritabilité, inconfort, stress, dépression, suicide (Dr Claude Monnet, Radiologue et Dr Pierre le Ruz, Physiologiste, Président de la commission scientifique du Criirem)

Expériences sur le Rat

Une nouvelle étude consacrée à l’impact des ondes pulsées (GSM, wi-fi, antennes relais, etc) sur la santé de 124 rats de laboratoire réalisée par un chercheur belge Dirk Adang, présente des résultats inquiétants. Le taux de mortalité est de 60% dans les trois groupes de rats exposés aux ondes, deux fois plus important que celui constaté 29% dans le groupe témoin, préservé.

Cette étude présente un intérêt pour la santé humaine. Le rat, mammifère comme l’homme, partage 90% de son patrimoine génétique avec l’humain. Ces résultats font froid dans le dos. Le professeur André Vander Vorst, promoteur de Dirk Adang a reconnu dans son interview qu’il avait dû s’asseoir quand il avait vu le taux de mortalité des rats soumis aux ondes GSM: Pour le professeur les causes de cette mortalité élevée sont d’une part les maladies et d’autre part un vieillissement prématuré induites par ces ondes pulsées.

L’appel de Freiburg

Le 09 octobre 2002, un collectif de médecins allemands lance ce qu’on appellera par la suite l’appel de Freiburg, et qui eut un écho retentissant à travers le monde. Il s’agissait de 60 médecins signataires, de toutes spécialités et particulièrement en médecine environnementale, exerçant en cabinet médical, qui ont tenu à adresser au corps médical, aux responsables d’hygiène et de santé publique, ainsi qu’au public leurs préoccupations pressantes concernant la santé de leur concitoyens face à une augmentation dramatique de maladies graves et chroniques liée aux CEM (voir la liste des maladies déjà citées).

Voici un extrait de L’Appel de Freiburg

Etant donné que nous connaissons l’environnement résidentiel et les habitudes de nos patients, nous apercevons toujours plus souvent, après un interrogatoire, une relation claire dans le temps et dans l’espace, entre l’apparition de ces maladies et le début de l’extension de l’irradiation par des ondes radio, par exemple:

– l’installation d’une antenne relais de téléphonie mobile dans les environs du domicile du patient,

– l’utilisation intensive d’un téléphone portable,

– l’utilisation d’un téléphone sans fil des standards DECT dans la maison du patient ou dans le voisinage.

Nous ne pouvons plus accepter l’hypothèse d’une coïncidence ou de l’effet duhasard…Suite à cette évolution inquiétante, nous nous sentons obligés d’informer le public de nos observations… Pour nous, il s’agit du début d’une évolution que l’on doit prendre au sérieux, en raison du risque qu’elle fait peser sur la santé de beaucoup de personnes. Nous ne nous laissons pas renvoyer à d’autres résultats de recherches irréels qui sont, comme l’expérience nous le montre souvent influencés par l’industrie, alors que des expériences probantes sont ignorées !

Agir revêt une nécessité absolue à nos yeux !

En tant que médecins, nous sommes avant tout les avocats de nos patients. Dans l’intérêt de toutes les personnes concernées pour lesquelles le droit fondamental à la vie et à l’intégrité du corps est actuellement mis en jeu, nous en appelons aux responsables de la politique et de la société >

Il eut plusieurs autres appels par la suite confirmant avec des preuves de plus en plus irréfutables le lien entre CEM et maladies graves (l’Appel de Bamberg – 27/06/2004, Appel d’Helsinki – 01/01/2005, l’Appel de Freienbach – 25/09/2005, l’Appel de Bruxelles – 31/01/2007, L’appel des vingt contre les dangers du portable 15/06/2008)

Les Assureurs des opérateurs de téléphonie mobile

On sait, aujourd’hui, qu’en Europe, les assureurs des opérateurs de téléphonie mobile ne sont plus assurés par les compagnies de réassurances pour les risques de la téléphonie mobile. Ces assureurs se désengagent vis à vis des opérateurs de téléphonie mobile pour « les dommages de toute nature liés aux champs et ondes électromagnétiques ». Depuis 2003, les principales compagnies mondiales de réassurance – en particulier la LLoyds, la Swiss de Ré, Allianz… – déclarent publiquement qu’elles ne couvrent plus la téléphonie mobile. Elles tirent les conséquences d’un rapport sur les risques que l’une d’elles a commandé à titre privé.

Voici, de nos jours, un contrat type d’assurance en Europe :

AVENANT MODIFIANT LES CONDITIONS DE VOTRE CONTRAT D’ASSURANCE DE LA RESPONSABILITE CIVILE N°

D’un commun accord entre les parties, il est convenu qu’à effet du 1er janvier 2007 :…

2. Outre les exclusions figurant aux Conditions Générales et Particulières, sont désormais exclus :

• les dommages de toute nature, causés par l’amiante.

• les dommages de toute nature, causés par le plomb.

• les dommages de toute nature causés par les champs et ondes électromagnétiques

• les dommages résultants de l’utilisation ou de la dissémination d’organismesgénétiquement modifiés (OGM) visés par la loi n0 92-654 du 13 juillet 1992 et les textes qui pourraient lui être substitués ainsi que ceux pris pour son application.

Avalanche de procès

On ne compte plus aujourd’hui le nombre des procès intentés contre les opérateurs de téléphonie mobile un peu partout dans le monde. Les plus récents en France concernent la décision de la Cour d’Appel de Versailles d’ordonner le démontage d’une antenne-relais Bouygues Telecom.

Selon le Sénateur de Paris, Jean Desessard, ce jugement apporte une reconnaissance juridique aux risques que font courir les antennes-relais de téléphonie mobile pour la santé humaine, qui peuvent notamment se traduire par des troubles extrêmement graves comme des cancers.

-Depuis le du 30 mars 2009, cinq nouveaux recours en justice émanant de riverains se plaignant de nuisances ont été déposés contre les opérateurs de téléphonie mobile en France.

–En Côte d’Ivoire le quotidien Nord-Sud du 26/03/2009 titrait : « ‘Alink condamnée à arrêter ses rayonnements’. La Cour d’appel d’Abidjan a rendu son arrêt sur l’affaire qui oppose les résidents de la cité Sideci des II-Plateaux et la société Alink Telecom. Elle ordonne la suspension des émissions des antennes mises en cause. Les riverains se plaignent de maux ayant de nettes similitudes avec les effets possibles des micro-ondes révélées par des études internationales : destruction des globules rouges (ce qui provoque l’anémie), des migraines, des cancers etc. Pis, la cité affirme avoir enregistré un nombre inhabituel de décès depuis l’installation des antennes ».

Le verdict du tribunal de 1ere instance d’Abidjan a été rendu sur la base d’un rapport remarquablement documenté, commandité par les riverains.

Les témoignages de victimes et faits divers

Les témoignages sont nombreux surtout au cours des innombrables émissions de télévisions dans le monde sur le sujet. Nous nous contenterons d’un exemple type parmi des centaines :

Une famille du IVe arrondissement à Paris soupçonne l’antenne placée en face de son logement d’être à l’origine des crises soudaines d’eczéma et de tachycardie de leurs fils de 9 ans qui ressent les symptômes les plus aigus. « Il se lève avec des maux de tête. Il saigne fréquemment du nez. Il a très souvent de l’eczéma sur le bras. Il est constamment fatigué. Il dort très mal. Or, quand nous quittons l’appartement pour aller en Normandie ou ailleurs, il n’a plus mal à la tête et tous ces soucis disparaissent ».

-Le Parisien du 19/12/2008 révèle qu’à Draveil, ville de France, neuf cas de cancer parmi les élèves et les parents d’une école bordée d’antennes-relais, relancent la polémique sur les dangers des émissions électromagnétiques.

Conclusion

LE PRINCIPE DE PRECAUTION ne devrait pas être un vain mot en Afrique, notamment du fait de notre sous-équipement et « sous-formation » à faire face aux conséquences de la plupart des catastrophes qui surviennent. Nul ne peut et ne doit remettre en cause la nécessité de la téléphonie mobile. L’usage, en soi, du téléphone mobile est déjà un facteur reconnu de risque de prédisposition à certaines maladies.

Il reste cependant impensable d’en envisager l’interdiction, sauf pour les jeunes du fait de leur cerceau en développement et d’un temps forcement plus long d’utilisation au cours de leur vie. Ce sur quoi nous devons rester vigilants, c’est le refus de la prolifération anarchique des antennes-relais à côtés des habitations qui serait un facteur supplémentaire de prédisposition à des maladies auquel se surajoute les autres facteurs (pollution de toute nature).

Je conclurai en vous livrant cette récente résolution du Parlement Européen en date du 02 avril 2009, qui dit ceci :

« Il est dans l’intérêt général de favoriser des solutions reposant sur le dialogue entre acteurs industriels, pouvoirs publics, autorités militaires et associations de riverains quant aux critères d’installation de nouvelles antennes GSM ou de lignes à haute tension, et de veiller au moins à ce que les écoles, les crèches, les maisons de repos et les établissements de santé soient tenus à une distance donnée de ce type d’équipements»

Dr COULIBALY Foungotin Hamidou

Maître-assistant Génétique Humaine

Cytogénétique et Biologie de la Procréation

Attaché de Recherche Clinique

Université de Cocody (Abidjan)

Email : cfoungh@yahoo.fr

Appel des médecins à Fribourg

9. Oktober 2002

APPEL DE FRIBOURG

Soucieux de la santé de nos contemporains nous nous adressons – en tant que médecins de toutes spécialités (spécialement de la médecine environnementale), ayant un cabinet – au corps medical, aux responsables de l »hygiène et de la santé publique et au public.

Nous constatons ces années passées chez nos patients une augmentation dramatique de maladies graves et chroniques, en particulier :

. des  troubles de l’apprentissage, de la concentration et du comportement chez les enfants (hyperactivite par exemple)

· troubles de tension arterielle

· troubles cardiaques

· infarctus et accidents vasculaires cérébraux (aka AVC, apoplexie)

· maladies à dégénérance neurologique (par exemple morbus Alzheimer) et épilepsie

· maladies cancéreuses comme la leucemie et des tumeurs cérébrales

Nous constatons en plus la présence de différents troubles, qui sont souvent à tort interpretés comme psychosomatiques, tels que :

· maux de tête et migraine

· epuisement chronique

· inquiétude interieure

· insomnie et asthénie

· bruit dans les oreilles

· prédisposition aux infections

· douleurs dans les nerfs et les parties molles qu’on ne peut pas expliquer par des raisons normales

pour mentionner seulement les symptômes les plus frappants.

Comme nous connaissons l’environnement résidentiel et les habitudes de nos patients, nous voyons qu’ après une interrogation  nous pouvons établir une clair relation temporelle et spatiale entre l’émergence de ces maladies et l’augmentation des ondes radio, par exemple sous forme

· de l’installation d’un dispositif de telephone cellulaire mobile dans les environs de nos patients

· d’une utilisation intensive de portables

· de l’achat d’un téléphone sans fil standard DECT dans la propre maison ou dans le voisinage.

Nous n’arrivons plus à croire à une coïncidence ou un hasard, car

· trop souvent nous constatons une accumulation frappante de certaines maladies dans des quartiers ou immeubles,

· trop souvent la maladie s’améliore ou des maux qui ont duré des mois ou des années disparaissent en relativement peu de temps après la réduction ou élimination de la densité en ondes radio dans les environs d’un patient

· trop souvent la  mesure des intensites d’ondes radio électromagnetiques hors normes sur place confirment en plus nos observations.

En raison de nos expériences quotidiennes nous considerons la technologie du téléphone cellulaire mobile, introduite en 1992 et maintenant omnipresente, et les téléphones sans fil depuis 1995 avec le standard DECT comme un des declencheurs importants de cette evolution fatale!

Personne ne peut échapper totalement à ces hyperfréquences.

Elles renforcent le risque d’influences des lïens environnement chimiques et physiques deja existant, afaiblissent en outre les défenses immunitaires et sont capables de faire succomber les mécanismes de contre-régulation qui créent encore un equilibre.

Ce danger existe specialement pour les femmes enceintes, enfants, adolescents et des personnes agées et malades.

Nos efforts therapeutiques pour le rétablissement de la santé restent sans succés. Car la pénétration, sans obstacles, du rayonnement permanent dans les appartements et les lieux de travail, spécialement dans les chambres des enfants et les salles de séjour (que nous considérons comme des lieux importants pour la détente, la régénération et la guérison) causent un stress permanent et empêchent le retablissement fondamental du malade.

Au vue de cette évolution inquietante nous nous sentons obliges d’informer le public de nos observations, specialement ayant entendu que des tribunaux allemands considèrent le danger venant du telephone cellulaire mobile simplement comme “uniquement hypothetique

Ce que nous vivons dans le quotidien de notre cabinet est loin d’être hypothétique.

Nous voyons un nombre croissant de malades chroniques, aussi comme conséquence d’une politique irresponsable de valeurs limites, qui au lieu de prendre la protection de la population et les conséquences du rayonnement du téléphone cellulaire mobile à court et surtout à long terme comme mesure pour ses actes, se soumet à l’injonction d’une technologie qui est reconnue depuis assez longtemps dejà comme dangereuse.

Pour nous c’est le début d’une évolution qu’on doit prendre trés au serieux, par laquelle la santé des personnes est menacée.

Nous ne nous laissons pas renvoyer à d’autres résultats de recherche négatifs,  qui sont, comme le montre souvent l’expérience influencés par l’industrie, tandis que des expertises probantes sont ignorées !

Agir revêt une nécessite absolue pour nous ! En tant que medecins nous sommes avant tout les avocats de nos patients. Dans l’intérêt de toutes les personnes concernées, dont le droit fondamental de vie et de l’integrite du corps sont mis en jeu actuellement, nous en appelons aux responsables politiques et sociétals. Soutenez avec toute votre influence nos revendications:

· de nouvelles techniques de communication conformes à la santé humaine, eu egard aux risques, sans dépendre de n’importe quel bailleur de fonds privé et comme mesures immédiates et dispositions transitoires

· reduction massive des valeurs limites, des puissances d’émission et des charges en ondes radio à une mesure responsable par rapport à la biologie, surtout dans les zones de sommeil et de régénération

· limiter l’expension de la technologie du téléphone cellulaire mobile afin que l’exposition aux rayonnements ne se multiplie pas

· le droit d’intervention de la population et des communes lors de la planif ication des implantations des antennes, ce qui devrait aller de soi dans une démocratie

· informer la population – et surtout les utilisateurs de portables  des risques pour la santé causés par des champs electromagnetiques et ainsi une utilisation plus consciente;

.  interdiction de portables pour les enfants et restriction d’emploi pour les jeunes

· interdiction d’utilisation de portables et de telephones sans fil de standard DECT dans les écoles maternelles, écoles, hopitaux, maisons de retraite, lieux de rencontre, batiments publics et transports en commun analogue à la défense de fumer

· des zones sans portables et telephone cellulaire mobile analogue à des zones sans automobiles

· revision du standard DECT pour les telephones sans fil avec le but de réduire l’intensite des rayonnements et de limiter le rayonnement à la dureée de l’ emploi réel ainsi que d’éviter la pulsation biologiquement critique

· la recherche scientifique indépendante de l’industrie eu égard aux multiples résultats de la recherche critique et de nos observations medicales

IGUMED ü Interdisziplina re Gesellschaft fu r Umweltmedizin e.V.

FREIBURGER APPELL Blatt: – 4 –

The So-far Undersigned

Dr. med. Thomas Allgaier, General medicine, Environmental medicine, Heitersheim

Dr. med. Christine Aschermann, Neural physician, Psychotherapy, Leutkirch

Dr. med. Waltraud Ba r, General medicine, Natural healing, Environmental medicine, Wiesloch

Dr. med. Wolf Bergmann, Genaeral medicine, Homeopathy, Freiburg

Dr. med. H. Bernhardt, Pediatry, Schauenburg

Dr. Karl Braun von Gladiü, General medicine, Holistic medicine, Teufen

Hans Bruggen, Internal medicine, Respiratory medicine, Environmental medicine, Allergenics, Deggendorf

Dr. med. Christa-Johanna Bub-Jachens, General medicine, Natural healing, Stiefenhofen

Dr. med. Arndt Dohmen, Internal medicine, Bad Sackingen

Barbara Dohmen, General medicine, Environmental medicine, Bad Sa ckingen

Verena Ehret, Doctor, Kotzting

Dr. med. Joachim Engels, Internal medicine, Homeopathy, Freiburg

Karl-Rainer Fabig, Practical doctor

Dr. med. Gerhilde Gabriel, Doctor, Munchen

Dr. med. Karl Geck, Psychotherapy, Murg

Dr. med. Jan Gerhard, Pediatrics, Child/adolescent psychiatry, Ahrensburg

Dr. med. Peter Germann, Doctor, Environmental medicine, Homeopathy, Worms

Dr. med. Gertrud Grunenthal, General medicine, Environmental medicine, Bann

Dr. med. Michael Gulich, Doctor, Schopfheim

Julia Gunter, Psychotherapy, Korbach

Dr. med. Wolfgang Haas, Internal medicine, Dreieich

Dr. med. Karl Haberstig, General medicine, Psychotherapy, Psychosomatics, Inner-Urberg

Prof. Dr. med. Karl Hecht, Specialist in stress-, sleep-, chrono- und space travel medicine, Berlin

Dr. med. Bettina Hovels, General medicine, Lorrach

Walter Hofmann, Psychotherapy, Singen

Dr. med. Rolf Janzen, Pediatrics, Waldshut-Tiengen

Dr. med. Peter Jaenecke , Dentist, Ulm

Michaela Kammerer, Doctor, Murg

Dr. med. Michael Lefknecht, General medicine, Environmental medicine, Duisburg

Dr. med. Volker zur Linden, Internal medicine, Bajamar

Dr. med. Dagmar Marten, Doctor, Ochsenfurt

Dr. med. Rudolf Mraz, Psychotherapy, Natural healing, Stiefenhofen

Dr. med. Otto Pusch, Nuclear medicine, Bad Wildungen

Dr. med. Josef Rabenbauer, Psychotherapy, Freiburg

Elisabeth Radloff-Geck, Doctor, Psychotherapy, Homeopathy, Murg

Dr. med. Anton Radlspeck, Practical doctor, Natural healing, Aholming

Barbara Rautenberg, General medicine, Environmental medicine, Kotzting

Dr. med. Hans-Dieter Reimus, Dentist, Oldenburg

Dr. med. Ursula Reinhardt, General medicine, Bruchkobel

Dr. med. Dietrich Reinhardt, Internal medicine, Bruchkobel

Dr. med. Andreas Roche, General medicine, Kaiserslautern

Dr. med. Bernd Salfner, Pediatrics, Allergenics, Waldshut-Tiengen

Dr. med. Claus Scheingraber, Dentist, Munchen

Dr. med. Bernd Maria Schlamann, Dentist, Non-medical practitioner, Ahaus-Wessum

Dr. med. Hildegard Schuster, Psychotherapy, Lorrach

Norbert Walter, General medicine, Natural healing, Bad Sa ckingen

Dr. med. Rosemarie Wedig, Doctor, Psychotherapy, Homeopathy, Dusseldorf

Dr. med. Gunter Theiss, General medicine, Frankfurt

Prof. Dr. med. Otmar Wassermann, Toxicology, Schonkirchen

IGUMED ü Interdisziplina re Gesellschaft fu r Umweltmedizin e.V.

FREIBURGER APPELL Blatt: – 5 –

Prof. Dr. med. H.-J. Wilhelm, Ear, nose and throat doctor, Phoniater, Frankfurt

Dr. med. Barbara Wurschnitzer-Hunig, Dermatology, Allergenics, Environmental medicine, Kempten

Dr. med. Ingo Frithjof Zurn, General medicine, Phlebology, Natural healing, Environmental medicine, Nordrach

List of supporters for the FREIBURGER APPEAL:

Dr. med. Wolfgang Baur, General medicine, Psychotherapy, Environmental medicine, Vienenburg

Prof. Dr. Klaus Buchner, Physicist, Munchen

Volker Hartenstein, Member of Parliament (Bavaria), Ochsenfurt

Maria und Bruno Hennek, Self-help group for chemical- and wood preservative-damaged, Wurzburg

Dr. Lebrecht von Klitzing, Medicinal physicist, Stokelsdorf

Wolfgang Maes, Baubiology and Environmental analysis, Neu’

Helmut Merkel, 1st Chairman of Biobiology Organization, Bonn

Peter Neuhold, Non-medicinal practitioner, Berlin

Prof. Dr. Anton Schneider, Scientific leader of Institute for Baubiology and Ecology, Neubeuern

Dr. Birgit Stocker, Chairwoman of Self-Help Organization for Electrosensitives, Munchen

Prof. Dr. Alfred G. Swierk, Mainz

Dr. Ulrich Warnke, Biophysics, Biopsychology, Biomedicine, Saarbrucken

Un médecin allemand réagit…

Barbara Dohmen

Médecin en médecine générale et environnementale

Au Président de l’Agence Fédérale des Réseaux

Monsieur,

Dans ma fonction de médecin d’environnement installée depuis 1993, je vois un nouveau groupe de patients de plus en plus nombreux se presser dans ma consultation.

Ce sont des personnes souffrant de ce qu’on appelle le syndrome des microondes, devenues sensibles aux appareils émettant des rayons de hautes fréquences, c’est-à-dire qu’elles réagissent immédiatement ou avec des délais à des champs de HF par des troubles fonctionnels au niveau des organes les plus divers : l’un souffre de fatigue, l’autre de troubles de sommeil, d’autres de maux de tête ou de douleurs dans d’autres parties du corps ou de vertiges, d’étourdissements ou de nausées, de troubles de la concentration, d’apprentissage ou de mémoire, d’acouphènes ou de bruits dans l’oreille, tensions artérielle, troubles de la vue, de douleurs dans les oreilles, de troubles de rythme cardiaque, d’irritation ou de dépression, de nervosité, de stress, d’angoisses jusqu’à des états de panique, pour ne citer que les plus fréquents.

La liste des troubles induits par les hautes fréquences est d’une longueur terrifiante et les atteintes des malades de plus en plus prononcées, allant même maintenant chez les plus atteints à mettre leur vie en danger.

Les électrosensibles se différencient des autres malades d’environnement qui viennent me consulter par le fait que des patients jusqu’ici en bonne santé et généralement jeunes (beaucoup se situent entre 20 et 40 ans) montrèrent subitement ou progressivement des pathologies comme précitées sous l’influence des rayonnements électromagnétiques, qui en s’aggravant les obligèrent à abandonner leur métier dans lequel ils s’étaient pourtant épanouis avec intérêt et bonheur, précédemment.

Beaucoup vivent entretemps de l’aide publique et ont en général beaucoup de mal de convaincre les autorités et le service médical qu’ils ne sont pas fainéants, mais réellement malades. Avec le courage du désespoir ils cherchent à s’arranger dans une vie qu’ils n’avaient pas connue jusqu’ici et qui les oblige à survivre comme ils peuvent, avec une qualité de vie quasiment nulle, et de trouver la place la moins exposée possible, à la campagne dans des endroits à faible rayonnement de téléphonie mobile afin de pouvoir réduire leurs troubles à un minimum supportable.

Presque partout dans la société les électrosensibles rencontrent incrédulité, incompréhension et refus, surtout :

lorsqu’ils sont obligés, dans leur souffrance, de demander à d’autres personnes de bien vouloir désactiver leur portable ou de téléphoner loin d’eux

ou lorsqu’ils essaient de convaincre l’habitant du logement voisin de trouver ensemble une solution non rayonnante pour son téléphone sans fil ou pour son wifi

ou lorsqu’ils sont obligés de refuser de se faire envoyer à l’hôpital parce qu’il y a une antenne sur le toit de l’hôpital.

Souvent, les malades qui s’adressent à moi, sont tombés bien bas :

Ainsi donc ils ont dû accepter en tant qu’électrosensibles des modifications importantes dans leur vie quotidienne , afin d’atténuer leurs troubles :

la chambre à coucher doit être équipée de protections isolantes avec leurs derniers sous,

souvent ils doivent déplacer leur lit dans la cave,

parfois le sommeil n’est possible que dans la cabane du jardin,

parfois même sur toute l’année ils vivent dans la voiture ou dans une caravane dans un endroit peu exposé dans la forêt

beaucoup de mes malades ont dû déménager x fois, parce que la charge des rayons électromagnétiques les a constamment rattrapés.

Ceux qui n’arrivent pas à réduire la charge de l’électrosmog dans leur habitat, s’abritent la plupart du temps – même le jour ! – sous leur baldaquin de protection (notez : sur 2 m² environ !) ou bien ils fuient dans la nature là où elle est encore à peu près intacte, loin de toute civilisation, pour pouvoir se sentir bien dans leur peau, comme cela fut évident même pour eux, autrefois …

Chaque sortie pour faire des courses doit être soigneusement préparée, afin de réduire au maximum le contact inévitable avec les rayonnements de la téléphonie mobile provenant soit des gens, soit par la proximité d’antennes-relais sur le trajet.

Ils sont non seulement chômeurs et appauvris, le pire c’est que souvent la famille et les amis ne les prennent pas au sérieux , – à cela s’ajoute que les symptômes s’aggravant progressivement avec la charge croissante des ondes à hautes fréquences, ils perdent tout courage et tout espoir de jamais pouvoir retrouver une vie qualitativement acceptable.

Beaucoup parmi eux sont vraiment très désespérés, certains reconnaissent avoir déjà pensé au suicide. L’an dernier une patiente désespérée, un peu plus âgée, s’est aspergée d’essence et s’est immolée.

En tant que médecin traitant et accompagnant il est très difficile de supporter toute cette souffrance. Car obtenir la réduction, voire au moins la réduction de ce qui est à l’origine de tous ces maux, c’est-à-dire la rayonnement de la téléphonie mobile, ne peut pas être obtenue dans la plupart des cas, la technique de la communication sans fil avec toutes ses installations couvre déjà trop tout le territoire et continue à se déployer de manière de plus en plus intense – grâce aussi à vos décisions.

Vous pouvez comprendre que face aux destins décrits plus haut je ne peux pas faire autrement que de m’adresser à vous, ceci surtout après avoir lu dans la « Frankfurter Allgemeine » l’interview que vous avez donnée récemment à l’agence de presse APD. En le lisant j’ai eu l’impression que de toute évidence les effets qui grâce à vos projets se manifestent « de l’autre côté » vous sont manifestement inconnus.

Vous projetez pour le 2ème trimestre de cette année de vendre aux enchères pour un montant estimé à 15 millions, simultanément avec d’autres pans de fréquences élevées non inutilisés jusqu’ici pour des raisons diverses ce que vous appelez « la dividende digitale », c’est-à-dire des fréquences entre 790 et 862 mégahertz, réservés jusqu’à ce jour à la télévision. Avec « des exigences rigides » vous souhaitez assurer un approvisionnement de 90 % au niveau 1, avant de procéder au déploiement au prochain niveau, en exigeant des entreprises de s’engager à approvisionner d’abord les communes ou villes de 5.000 habitants au plus, ensuite seulement les commune entre 5.000 et 20.000 habitants et finalement celles de plus de 50.000 habitants.

Si on y ajoute l’introduction du TETRA à larges bandes prévue pour les deux prochaines années, cela signifie une extension massive des hautes fréquences auprès d’une population déjà exposée du point de vue santé à une limite absolument maximum. Ceci signifie pour les électrosensibles réfugiés justement dans les petites communes dans des régions localement pas encore trop envahies la suppression de leurs dernières bases d’existence bénéficiant encore d’un relativement faible rayonnement.

Ce que je souhaite obtenir par cette lettre avec le descriptif de mon travail avec des électrosensibles c’est de vous décrire les conséquences visiblement insoupçonnées de votre projet et de vous faire comprendre une autre manière de voir. Car à en juger d’après l’interview sus-mentionnée votre attention s’est orientée uniquement sur les concurrents les plus efficaces et le bénéfice des enchères.

Tous ces électrosensibles représentant entretemps 6-10 % de la population, qui du point de vue nombre ont atteint maintenant le pourcentage de tous les malades du diabète en Allemagne, et dont le nombre va constamment en croissant, n’auront plus aucun refuge du fait de ces enchères prévues !

Je suppose que vous ne pouvez pas mesurer ce que cela signifiera :

Les plus gravement atteints ne vont pouvoir y survivre, à moins qu’ils se réfugient à l’étranger !

Mais là des projets similaires vont être programmés à plus ou moins longue échéance.

Cela signifie : Il y aura de plus en plus de personnes qui seront constamment condamnés à fuir, puisque leur souffrance n’est pas prise en compte ou ne doit pas exister .

De toute évidence nous avez pas encore pris conscience :

que jamais encore dans toute l’histoire de l’humanité l’homme et la nature n’ont été exposés à une telle force destructrice croissante, à côté de laquelle l’énergie nucléaire ne représente qu’ « un petit souffle d’air tiède », comme l’a exprimé l’ancien ministre des postes,

que la technologie de la téléphonie mobile et son constant déploiement est devenue le plus grand danger produit par l’homme lui-même envahissant toute vie sur cette planète.

Je vous prie donc avec insistance de considérer lors de votre décision à prendre de bien vouloir tenir compte de cette autre manière de voir – orientée sur la vie et la santé des personnes et de la nature les environnant, eux qui vous sont confiées de par la responsabilité de votre fonction – : comme le bien absolu le plus précieux à préserver à tout prix.

Si nous tous nous ne nous attelons pas à arrêter cette évolution funeste, la souffrance de l’homme et de la nature va prendre à l’avenir des dimensions immenses et se porter également de façon dramatique sur les générations suivantes et sur l’ensemble du monde dans lequel nous vivons.

Dans l’espoir d’un dialogue fertile, …………

Barbara Dohmen

(Traduction Marion D.)

Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives