Témoignages vidéos d’EHS
  • Les abeilles électrosensibles ?:
      https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/du-faouet-vers-rennes-le-convoi-mortuaire-de-300-apiculteurs-bretons-5733656 et si les abeilles étaient, elles aussi, EHS électro-hypersensibles ? La combinaison des ondes prédatrices et de...

  • Déficit de l'attention et dopamine:
    J'adore cette rubrique du Figaro : elle est l'antenne institutionnelle pour conter toutes sortes de bêtises...

Info, pas intox

Comment se protéger des ondes chez soi…..

  • Madame Figaro

Par Ophélie Ostermann

Le 13 janvier 2015

Les associations dénoncent leurs effets nocifs. Les agences de santé ne sont pas d’accord sur leur impact sur la santé, mais certaines personnes y sont d’ores et déjà allergiques. Et il est recommandé de limiter notre exposition. On fait le point.

Elles sont invisibles, inodores, mais sont partout et touchent toute la population. Elles, ce sont les ondes électromagnétiques, produites par la plupart de nos équipements électroniques. Dans nos maisons et appartements, elles proviennent des téléphones portables, des ampoules basse consommation, des plaques à induction, des micro-ondes, du Wi-Fi… Et à l’extérieur des antennes-relais, notamment. Certains diront que nous devons vivre avec notre temps, savoir profiter des nouvelles technologies. Mais quelles conséquences ont ces ondes sur notre santé ?

Le débat se poursuit depuis des années, rebondissant de rapports en recommandations contradictoires des agences de santé. Dans son dernier rapport d’octobre 2013, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) affirme qu’il n’y a pas « d’effet avéré » des ondes sur la santé… Tout en confirmant l’annonce faite en 2011 par l’OMS, qui les classait pourtant parmi les « cancérogènes possibles ». La même année, le Conseil de l’Europe recommandait la mise en place de « zones blanches », dépolluées d’ondes.

Diagnostic : électrosensible

Si les conséquences sanitaires sur l’ensemble de la population sont toujours discutées, elles se révèlent invivables pour les allergiques aux ondes. Leur quotidien est marqué par des migraines, des sensations de brûlures aux extrêmités du corps et des insomnies récurrentes. Les ondes chamboulent littéralement leur organisme. Ces allergiques sont défendus depuis plusieurs années par des associations comme Robin des ToitsUne Terre pour les EHS ou encore Electrosensibles de France. Victimes collatérales de la pollution environnementale, les discours des autorités les font bondir. Certains considèrent que les symptômes sont psychologiques. Pourtant, la Suède et certains États américains (Colorado, Connecticut, Floride) reconnaissent que le phénomène est un handicap. En avril dernier en France, un homme électrosensible a même été indemnisé. 

Pour Florence, 52 ans, le diagnostic a été posé il y a six mois par le Dr Laurent Chevallier, chef de l’unité Nutrition et consultant en médecine environnementale à la Clinique du Parc, près de Montpellier : « J’avais des acouphènes et des maux de tête dès que je m’approchais d’un ordinateur, d’un portable et même des caisses de supermarchés. Puis ça s’est intensifié, avec des insomnies, des maux de dos et des douleurs partout dans le corps, comme si tous mes muscles se contractaient », raconte-t-elle. Ancienne animatrice en maison de retraite et esthéticienne libérale, Florence ne peut plus travailler. Entourée de trois voisins qui ont le Wi-Fi, elle cherche à déménager pour fuir cette pollution environnementale. Pour aller où ? La question reste entière.

Hugo, 15 ans, hypersensible depuis ses 11 ans, ne vit pas vraiment comme les ados de son âge. Exposé aux ondes dans la rue, chez lui ou dans une voiture sur l’autoroute, il a des vertiges et de violentes migraines. Entre autres problèmes. « On l’a changé de collège parce qu’une antenne-relais se trouvait juste à côté. Mais pour rester scolarisé dans son nouvel établissement, il aurait fallu que les élèves de sa classe éteignent leurs portables en cours, ce qui est impossible. J’ai arrêté de travailler pour m’occuper de lui et il suit des cours par correspondance », explique Marie, sa mère. Pour cette famille, c’est un retour en arrière. Plus d’ampoules basse consommation, retour du téléphone filaire, plus de Wi-Fi et un déménagement. Si Hugo souffre moins, il ne dort que trois heures par nuit, minimise ses sorties et voit ses amis chez lui, portables éteints.

Comment s’en protéger chez soi ? 

Pierre Le Ruz est directeur du Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem) et expert européen en nuisances électromagnétiques et en radioprotection. Il nous livre ses conseils pour diminuer l’exposition aux ondes à l’intérieur des maisons et des appartements.

Dans la chambre

Utilisez un biorupteur. Il coupe le circuit éléctrique et le courant magnétique quand aucun appareil ne fonctionne. Cela vaut pour toute la maison.

Utilisez des ampoules Led pour les lampes de chevet ou de bureau.

Éloignez votre réveil ou optez pour un réveil à piles.

Ne chargez pas votre téléphone près du lit, éloignez-le le plus possible. N’oubliez pas de l’éteindre : même en mode avion, il continue d’émettre.

Placez le babyphone à 2 mètres du bébé au minimum, et jamais dans son lit.

Dans le salon

Placez le téléphone fixe dans l’entrée ou en tout cas le plus loin possible. La base du téléphone émet en permanence. Préférez le haut-parleur lors de son utilisation.

Lors de l’achat d’un portable, regardez le débit d’absorption spécifique (DAS ou SAR en anglais), l’indice indiquant la quantité d’énergie véhiculée par les radiofréquences. Il doit être entre 0,2 et 0,3 et ne pas dépasser 0,5. Préférez le kit mains libres ou le haut-parleur.

Téléphonez de préférence près d’une fenêtre pour moins ressentir les énergies du portable. Et jamais dans une voiture : il est stipulé dans le livret de la voiture qu’avec les ondes qui s’interfèrent, cela peut entraîner des dysfonctionnements et bloquer le levier de vitesse par exemple.

Placez-vous à 1,50 mètre minimum de votre box Wi-Fi et éteignez-la pendant la nuit. Si vous êtes prête à vous en séparer, optez pour le câble ou le très haut débit par fibre optique si c’est possible.

Remplacez les ampoules fluo compactes, dites « basse consommation », par des Led.

Évitez le chauffage électrique au sol et les chauffages radiants.

Écoutez la radio quand le son est clair. Les bruitages entendus sont le signe d’ondes parasites, très élevées.

Dans la cuisine

Changez (dans l’idéal) son micro-ondes tous les cinq ans, car l’appareil fuit beaucoup et perd de l’énergie. Gardez toujours une distance d’au moins 1 mètre et débranchez le four entre chaque utilisation.

Assurez-vous d’être éloignée d’au moins 1 mètre, voire de 1,50 mètre, des plaques à induction, du frigidaire et d’une cafetière électrique.

Pour en savoir plus : www.criirem.org

http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/ondes-electromagnetiques-a-la-maison-comment-sen-proteger-130115-93762

L’OL pourrait avoir le stade le plus geek du monde avec 500 BORNES WIFI!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Personne n’a oublié la scène du film Didier, où Dominique Farrugia regarde sur un écran portable le match qui se déroule…sous ses yeux au Parc des Princes. Cette bonne blague, qui date de 1996, est désormais d’actualité, puisqu’il est possible de suivre sur les mobiles et les tablettes les rencontres en direct, mais du côté de l’Olympique Lyonnais on parait vouloir franchir une nouvelle étape en matière de « geek attitude ».

A l’occasion d’une conférence de presse, Stéphane Richard, le grand patron d’Orange, partenaire de l’OL, a dévoilé quelques aspects des moyens qui seront mis en oeuvre dans le Grand Stade, lequel sera inauguré début 2016. Et le responsable d’Orange de promettre bien du plaisir aux supporters connectés. « Revoir les actions sous tous les angles de caméra, au ralenti, ou commander un sandwich pendant le match, depuis votre tablette ou un smartphone, ce sera désormais possible.

Chaque spectateur pourra ainsi suivre le déroulement des matchs, ponctué de statistiques, envoyer des messages sur Facebook ou Twitter, des encouragements retransmis en direct sur les deux écrans géants installés au bord du terrain, participer à des sondages, des jeux concours, etc.

Dès l’avant-match, vous pourrez accéder à la billetterie dématérialisée pour acheter votre place, des goodies, etc., puis géolocaliser votre emplacement réservé au parking et votre siège dans l’enceinte, commander un sandwich ou une boisson que vous pourrez retirer », précise Stéphane Richard. Sur le plan technique, 500 bornes wifi seront installées dans le Grand Stade de l’Olympique Lyonnais et plus de 25.000 connexions simultanées seront prises en charge.

Un vrai bonheur pour les geeks, et pour Jean-Michel Aulas, le roi de Twitter, mais probablement pas de quoi faire « taire » les supporters à l’ancienne dont l’OL aura besoin encore et toujours.

http://www.foot01.com/equipe/lille/l-ol-pourrait-avoir-le-stade-le-plus-geek-du-monde,156385

 

 

connectez donc votre animal…..

Quand votre chien se perd  alors « connectez le ! » en l’équipant d’un GPS et d’un GSM.

Il se perdra peut être un peu plus MAIS grâce à la technique vous pourrez le tracer avec votre Smartphone!

bien irradié il sera aussi bien plus obéissant et plus calme …et multipliera ses chances de déclencher un cancer….

L’ex-Directeur de Technologie chez Nokia: « Le téléphone portable m’a détruit la santé »

Matti Niemelä, ex-Directeur de Technologie chez Nokia, a participé au développement des premiers téléphones portables dans le monde et est tombé gravement malade à cause de leurs rayonnements. On lui a diagnostiqué une sclérose en plaques. Certaines études indiquent que les rayonnements peuvent accroître le risque de développement de cette maladie.
(1)Pour Matti Niemelä, 44 ans,  établi à Tampere, la vie était comme dans un film, lorsque jeune homme, il a été recruté et formé par Nokia en 1997. En presque dix ans, ce jeune surdoué est devenu le Directeur technologique de Nokia, et a participé au développement des premiers téléphones portables dans le monde, des clés USB et des connections WLAN / WIFI.En 2007, la santé de Niemelä s’étant tellement détériorée, sa carrière a pris fin brutalement. Aujourd’hui, cet homme n’est capable de se déplacer qu’avec l’aide d’un déambulateur (ou marchette). Niemelä refuse d’utiliser un fauteuil roulant.– « L’ironie dans tout ça, c’est que je ne peux plus utiliser les appareils que j’ai développé », dit Niemelä en souriant.Niemelä est l’un des malheureux ayant présenté de graves symptômes dus aux rayonnements.– « Je me déplaçais partout dans le monde avec un téléphone à la main, l’exposition aux rayonnements était très forte du matin au soir, et même la nuit. Peu de gens en ont eu une telle dose. », dit Niemelä.

Les premiers symptômes s’étaient déjà manifestés au terme de sa première année de travail chez Nokia.

– « Je jouais alors au badminton, et je n’arrivais plus à servir la balle, bien que j’y jouais depuis un moment. »

Au début, Niemelä n’osa pas aller chez le médecin, principalement à cause de la peur du cancer du cerveau qui était déjà présente.

Les symptômes ont empiré d’année en année.

– « Je ne pouvais pas parler sur le téléphone portable tout en marchant, parce que cela me causait des problèmes de coordination. »

Plus le rayonnement était intense, plus il avait des troubles de l’élocution.

– « De plus, mon oreille était chaude lorsque je parlais longtemps. J’ai insisté jusqu’au jour où je n’ai plus senti ma peau. Alors il a fallu aller chez le médecin. », explique Niemelä.

En 2001, des images d’IRM et des échantillons de liquide céphalo-rachidien ont permis de révéler la triste vérité : la sclérose en plaques.

– « Je fus même un peu soulagé, car on peut vivre avec la sclérose en plaques, mais pas avec le cancer du cerveau. »

D’après Niemelä, les membres du personnel médical ne souhaitent pas se prononcer sur le fait que la sclérose en plaques ait été déclenchée par le téléphone portable. Les résultats d’études préliminaires montrent cependant que les rayonnements augmentent le risque d’apparition de cette maladie. (1)

– « Je suis un profane, pas un médecin. Il y a certainement plusieurs raisons à l’émergence de la sclérose en plaques, et pas seulement les radiations du téléphone portable. Pourtant, les radiations multiplient bel et bien les symptômes de ma maladie. En outre, les symptômes de la sclérose en plaques peuvent être facilement confondus avec les symptômes dus aux radiations du téléphone portable. », explique Niemelä. (2)

Durant l’interview, Niemelä a de plus en plus de mal à articuler. Il y a un panneau dans le couloir qui demande au public d’éteindre son téléphone. Une petite dose de radiation, c’est déjà trop. (2)

– « Je ne suis plus en mesure d’aller au cinéma ou de rester très longtemps dans les espaces publics, avec plein de rayonnements. Je ne suis pas sorti depuis longtemps », dit Niemelä, la quarantaine, qui doit désormais accepter que les murs de sa maison sont ceux d’une prison.

Bien que Niemelä y ait laissé sa santé, sa carrière, et plus récemment son mariage, il n’en rend personne responsable.

– « Je n’ai pas d’amertume, c’était mon choix de travailler chez Nokia. »

Il ne veut pas non plus effrayer trop de monde avec les dangers du téléphone portable.

– « Une personne en bonne santé peut utiliser un téléphone portable de façon raisonnable. » (3)

Niemelä admet que de rendre son histoire publique comporte un gros risque.

– « J’ai peur d’en parler en public, parce que je ne veux pas être traité de fou. »

Niemelä explique que chez Nokia, le sujet de la radiation des téléphones cellulaires a toujours été un tabou permanent.

– « On n’était pas autorisé à aborder ce sujet au sein de l’entreprise. Pourtant, parmi le personnel, il a été spéculé que les rayonnements pouvaient faire des dégâts. Cependant, personne n’a osé en parler, de peur de se faire renvoyer. »

Niemelä dit avoir abordé la question pour la première fois avec le médecin en 2006.

– « Le médecin m’a dit qu’il avait plusieurs patients qui souffraient des mêmes symptômes que moi », confie Niemelä. (4)

Niemelä est particulièrement inquiet pour les enfants et l’utilisation qu’ils font du téléphone portable, car la distance entre l’appareil et l’oreille ou la tête n’est pas du tout respectée. (5)

– « Ces choses ont été mises sous silence pendant trop longtemps. J’espère qu’à l’avenir, il sera possible de parler sans crainte et ouvertement de ces symptômes. » (6)

—————-

Le fabricant de téléphones portables Nokia et l’actuel directeur de la communication de Microsoft Tom Kuuppelomäki assurent que tous les produits répondent aux exigences et normes de santé internationales.

– « La sécurité des produits est d’une importance capitale tant pour Nokia que pour Microsoft. », assurent-ils
Avec tous les employés de chez Nokia ayant utilisé des portables au cours des (deux) dernières décennies, et si les radiations étaient à l’origine des symptômes, cela ne serait-il pas déjà une évidence?

– « L’Organisation Mondiale de la Santé a étudié un certain nombre de rapports faits durant les deux dernières décennies, afin de déterminer si les téléphones portables posent ou non un risque potentiel pour la santé. »

Kuuppelomäki (Microsoft) insiste pour dire qu’à ce jour, les études n’ont pas démontré que l’utilisation du téléphone portable ait des effets néfastes sur la santé.
Quel genre d’études sur les rayonnements Nokia a-t-il fait et mis en oeuvre depuis la fin des années 1980 ?

– « Nokia et Microsoft participent maintenant au financement de la recherche MMF (Mobile Manufacturers Forum). » (7)

Essentiellemnent en collaboration avec des organisations gouvernementales et d’autres représentants de l’industrie, les projets financés et programmes de recherche peuvent être consultés sur le site Web du MMF.

– « Nous pensons qu’une recherche neutre produira une meilleure information pour le consommateur en matière de sécurité des appareils. »

Comment les effets sur la santé seront-il étudiés à l’avenir ?

– « L’OMS a recommandé que soient faites des recherches plus poussées sur les champs électromagnétiques, afin de permettre une évaluation approfondie des risques. » (8)


Source : http://www.satakunnankansa.fi/Satakunta/1194934030776/artikkeli/entinen+nokiapomo+kannykka+vei+terveyteni.html
Source Anglais : http://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2014/10/18/former-nokia-technology-chief-mobile-phones-wrecked-my-health/

(1)
Etudes :
http://www.robindestoits.org/ETUDE-americaine-enquete-sur-la-moelle-epiniere-comme-antenne-receptrice-naturelle-d-ondes-electromagnetiques-et-impact_a1689.html
http://www.robindestoits.org/NOUVELLE-ETUDE-30-minutes-d-exposition-aux-radiations-de-telephone-4G-affecte-l-activite-du-cerveau-30-09-2013_a2156.htmlurl:http://www.robindestoits.org/NOUVELLE-ETUDE-30-minutes-d-exposition-aux-radiations-de-telephone-4G-affecte-l-activite-du-cerveau-30-09-2013_a2156.html
[http://forums.futura-sciences.com/private.php?do=showpm&pmid=948895

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10899769
http://ukpmc.ac.uk/abstract/MED/8012056
http://www.icems.eu/docs/Salford.pdf
http://www.emfacts.com/2008/11/979-cell-phones-and-blood-brain-barrier-new-study/
http://www.champs-electro-magnetiques.com/ondes/la-barriere-hemato-encephalique-31.html
http://csifcem.free.fr/bhe_abstract.html

(2)
L’électrosensibilité : EHS et SICEM

(3)
Téléphonie mobile : 12 bons réflexes à adopter pour limiter son exposition – CRIIREM

(4)
ONDES : Pr Belpomme « Un problème de santé majeur » – Le Dauphiné Libéré – 29/07/2009
Livre-témoignage d’un médecin sur le lien entre pollution électromagnétique, maladie neuro-dégénérative et cancer – 1965 -2014

(5)
Danger du portable pour les enfants
Augmentation de 50% des tumeurs du cerveau chez les enfants au Royaume-Uni en 10 ans + 40% au Danemark, en Finlande – explosion du phénomène en France – 30/05/2012

(6) Les experts en innocuité

(7) Droit de réponse de Robin des Toits au commentaire de l’industrie du mobile (MMF) sur le rapport BIOINITIATIVE

(8)
OMS : Base de données EMF (Champs électromagnétiques) – Déc. 2006
Le CIRC (OMS) publie des justifications dans l’implication des ondes sur le cancer chez l’homme – 19/04/2013
CANCER / précisions de l’OMS concernant la classification en “possiblement cancérigène” des radiofréquences – 16/04/2012
Communiqué de presse du CIRC sur les risques cancérogènes du téléphone portable pour l’homme – 31/05/2011

Ces patrons de la Silicon Valley qui interdisent la high tech à leurs enfants

 

Les dirigeants d’Apple, Google ou Twitter limitent l’usage des nouvelles technologies chez leurs enfants, estimant qu’elles pourraient nuire à leur développement.

Certains enfants de grands patrons de la high tech n’ont pas le droit d’utiliser des tablettes ou des ordinateurs, explique le « New York Times ». (ALE VENTURA / PHOTOALTO / AFP)

Par Marie-Violette Bernard

« A la maison, nous limitons l’utilisation des gadgets technologiques. » La phrase est prononcée par Steve Jobs, en 2010. Surprenant ? Pas tant que ça, à en croire le New York Times (en anglais), qui explique jeudi 11 septembre que de nombreux dirigeants de la Silicon Valley tiennent leurs enfants à l’écart des nouvelles technologies.

« Nous connaissons personnellement les dangers »

Ainsi, Chris Anderson, ancien rédacteur en chef du magazine spécialisé Wired et actuel directeur exécutif d’une firme fabriquant des drones, limite le temps d’utilisation de tous les appareils électroniques de sa maison. A tel point que ses enfants les accusent, lui et sa femme, « d’être des fascistes bien trop inquiets au sujet de la technologie ». « C’est parce que nous connaissons personnellement les dangers de la technologie », répond Chris Anderson au New York Times.

Même son de cloche chez Evan Williams, un des cofondateurs de Twitter, dont les enfants ont accès à des livres et non à des iPad. Certains parents autorisent toutefois leurs adolescents à utiliser ordinateurs et tablettes pour des activités créatives comme la programmation informatique ou le montage vidéo, rapporte le quotidien américain.

Pas d’iPad pour les enfants de Steve Jobs

Plusieurs dirigeants de Google, Yahoo!, Apple ou encore eBay, non contents d’interdire les écrans à la maison, placent en outre leurs enfants dans des écoles anti-technologie. En novembre 2011, le New York Times (en anglais) évoquait ainsi le cas de l’établissement Waldorf, en Californie, où les élèves n’apprennent à maîtriser Google qu’à partir de la 4e.

Les salles de classe sont en revanche dotées de tableaux noirs, de craies et de livres. Selon la direction de l’établissement, les ordinateurs et les tablettes nuiraient à la créativité et à la concentration des enfants. Un point de vue que partageait sans doute Steve Jobs : à la question « Vos enfants aiment-ils les iPad ? », le fondateur emblématique d’Apple avait répondu au New York Times,  en 2010, qu’ils n’en avaient jamais utilisé.

Source : http://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/ces-patrons-de-la-silicon-valley-qui-interdisent-la-high-tech-a-leurs-enfants_695203.html

Archives