Archives d’un auteur

Ampoules à basse consommation

SANTE

Selon la Commission de Sécurité du Consommateur, les ampoules à basse consommation, qui doivent remplacer d’ici à la fin 2012 les modèles à incandescence, présentent des risques pour la Santé, notamment parce qu’elles émettent des ondes.

 

Cliquer sur l’icône pour ouvrir le document.

Recherche des témoignages sur les MCS / EHS…

18/08/2011 21:00

 
Bonjour,

je suis documentariste,

je recherche des témoignages sur les MCS / EHS etc…

pour l’élaboration d’un film sur ces sujets en dehors des circuits TV, c’est à dire une enquête sérieuse évitant les effets d’annonce et la recherche du sensationnel.

je recherche des personnes acceptant de témoigner à la caméra, ou pour les cas les plus sérieux pouvant être représenté par un tiers.

J’ai déjà réalisé des films sur les sujets environnementaux et ai été primé pour ces films, ma proposition est donc sérieuse.

Contactez-moi sur mon mail : marc.khanne2@free.fr

ou écrivez-moi à

marc Khanne

34 rue Principale

31180 St Geniès-Bellevue

merci.

Email : marc.khanne2@free.fr
Site : http://marc.khanne.free.fr

COCHIN : consultation E.H.S.

 Suite aux déclarations de Madame la Ministre Roselyne Bachelot sur l’EHS en 2009 :

«  j’ai souhaité rappeler toute l’importance que j’accorde à la prise en compte des souffrances des personnes hypersensibles aux champs électromagnétiques.

Mais comment prendre en charge ces personnes de façon pertinente sans que les causes de leurs symptômes aient été clairement identifiées ?

Les propositions du rapport rejoignent mes préoccupations. Il me semble en effet essentiel de favoriser la recherche sur ces causes. C’est important pour les patients comme pour les professionnels de santé.

Avec les équipes de Cochin, la direction générale de la santé et l’Institut national de l’environnement industriel et des risques étudieront l’élaboration d’un protocole de prise en charge médicale adapté.« 

 le Pr Dominique Choudat, Chef de l’Unité Pathologies Professionnelles de l’Hôpital Cochin, a été chargé par le Ministère de la Santé de mettre en place un protocole de prise en charge adapté de l’électrohypersensibilité..

Le Pr. CHOUDAT  a  été actif dans le déni de la problématique « amiante », peu ou prou en cheville avec le CPA (Comité Permanent Amiante) de sinistre mémoire. Son rôle ayant été de déconsidérer (déjà) les enquêtes sanitaires et autres sur la nocivité de l’amiante, et visant à la relativiser, si ce n’est à prouver son inocuité avec des mesures d’accompagnement et de contrôles, permettant ainsi la poursuite de son exploitation durant de nombreuses années.

Si l’ouverture de cette consultation semble constituer une occasion pour les EHS de se manifester et de contribuer à la prise de conscience du phénomène par le corps médical et les pouvoirs publics, elle  risque fort d’être un piège destiné à les glisser dans la case Psy et nier ainsi la dangerosité des champs magnétiques sur la santé.

  En effet, le Pouvoir PoliticoEconomique n’a aucun intérêt à reconnaître la pathologie de l’EHS puisque reconnaitre cette sensibilité aux champs magnétiques c’est reconnaitre que ces ondes ont un impact sur la santé donc qu’elles sont dangereuses.

Aussi y a-t-il fort à présumer de risques de manoeuvre :

– conclusion d’un phénomène marginal ou inexistant parce que trop peu, ou aucun EHS ne s’est présenté à cette consultation,

– orientation consultative tendancieusement psychiatrique.

Dans le contexte optimiste d’une importante mobilisation d’EHS vers cette consultation, il est certain que tous les efforts des pouvoirs publics seront déployés pour qualifier le phénomène de « psychologique », ou pour discréditer les malades en les faisant passer pour « fragiles ». Quelques uns d’entre-nous en témoignent déjà.

Il faut savoir qu’aucun de ces médecins ne connait l’EHS et qu’ils ne seront pas à même d’apporter des soins appropriés. Quand ils mentionnent « une prise en charge adpatée » il s’agit bien évidemment de  glisser les EHS dans la case psychiatrie.

 Mais, l’ensemble des EHS consultés s’interroge sur l’impossibilité plus réaliste qu’une grande majorité d’entre eux ne pourront même pas se déplacer vers ces Centres de consultation, situés dans des milieux technico-économiques saturés de WIFI, DECT et autres technologies sans fil, et s’accorde à dénoncer une situation d’exclusion médico-sociale supplémentaire de ces patients.

 A tous les EHS qui souhaitent néanmoins saisir cette initiative gouvernementale dans l’espoir d’une prise en compte, le mouvement EHS_ACTION préconise avant tout déplacement l’envoi d’un courrier précisant :

– l’intérêt porté à cette mise en place d’un protocole de prise en charge adapté de l’électrohypersensibilité,

– le détail de leurs symptômes,

– le contexte d’apparition de ces symptômes,

– le contexte de disparition de ces symptômes,

– les conséquences sociales et économiques de leur nouvelle situation sanitaire,

– la description de leurs nouvelles conditions et mode de vie,

– leur impossibilité physiologique de déplacement et de séjournement même bref dans les lieux baignés de champs électromagnétiques.

– quel est le protocole médical prévu.

 Quant à ceux qui répondraient à une convocation dans l’un de ces Centres, il est conseillé  :

– dans la mesure du possible, de se rendre à la consultation un jour où l’on « se sent bien » pour ne pas apparaître perturbé ;

– de décrire posément ses symptômes et ses douleurs, de façon objective et technique plutôt que « passionnelle » ;

– d’apporter tous les documents médicaux que l’on possède, à la fois ceux qui ne montrent aucune anomalie, et ceux qui suspectent une incohérence (encéphaloscan, formulations sanguines comparatives, etc…)

– de mentionner les médecins déjà rencontrés et qui s’intéressent à l’électrohypersensibilité, afin que les praticiens concernés comprennent que des recherches sont en cours et que des confrères prennent le problème au sérieux ; mentionner ce que l’on sait sur les études réalisées ou en cours ; montrer qu’il y a un « corpus scientifique » sur cette pathologie ;

– d’interroger directement le médecin auscultant sur ses connaissances préalables de la pathologie, sur son opinion, sur les protocoles de soin proposés ; l’obliger à « se dévoiler » ;

– de n’accepter de s’engager que dans ce qui semble sérieux, mais de refuser de subir ce qui pourrait faire du mal ou ce qui ne semble pas conséquent ;

– de demander à obtenir une copie du compte-rendu de la consultation;

– de témoigner, si vous l’acceptez, du déroulement de la consultation sur le site spécialement dédié aux EHS en action : http://ehs-action.org/


 Ceux qui souhaitent écrire et dénoncer le fait que seul l’aspect psychologique est pris en compte et que l’étude n’étant pas encore engagée les résultats sont déjà posés, peuvent se manifester aux coordonnées suivantes :

Service de Pathologie Professionnelle –

GH COCHIN-SAINT VINCENT DE PAUL

27 rue du faubourg Saint Jacques

75014 PARIS

Tel. : 01 58 41 22 61 ou 01 58 41 22 63

 

En province il existe 19 centres répartis sur le territoire, dont vous avez liste ci-dessous :

 
ALSACE / Strasbourg Service de Pathologie Professionnelle du Pr. Cantineau Hôpital civil – 1 place de l’Hôpital 67091 STRASBOURG – Tél : 03 88 11 64 66
AQUITAINE / Bordeaux Service de Médecine du Travail et Pathologie Professionnelle du Pr. Brochard CHU de Bordeaux Hôpital Pellegrin – Bâtiment PQR 2 – Place Amélie Raba Léon 33076 BORDEAUX – Tél : 05 56 79 61 65
AUVERGNE / Clermont-Ferrand Service Santé au Travail du Pr. Chamoux Faculté de Médecine – Bâtiment Extension – 5ème Etage – 28, Place Henri Dunant 63000 CLERMONT-FERRAND – Tél : 04 73 17 82 69
BASSE-NORMANDIE / Caen Service de Santé au Travail et Pathologie Professionnelle du Dr Clin-Godard C.H.U. Caen – Av. Côte de Nacre 14033 CAEN Cedex – Tél : 02 31 06 45 49
BRETAGNE / Brest Service de santé au travail et maladies liées à l’environnement du Pr. Dewitte Hôpital Morvan – 2 av. Foch 29609 BREST – Tél : 02 98 22 35 09
BRETAGNE / Rennes Service de Pathologie Professionnelle, de Toxicologie Industrielle et de Médecine Environnementale du Pr. Verger Hôtel Dieu – 2 rue de l’hôtel Dieu CS 26419 35064 RENNES – Tél : 02 99 87 35 17
CHAMPAGNE-ARDENNE / Reims UF de Pathologie Professionnelle et Santé au Travail du Pr. Deschamps Hôpital Sébastopol – 48 rue de Sébastopol 51092 REIMS Cedex – Tél : 3 26 78 89 33 ou 03 26 78 89 34
HAUTE-NORMANDIE / Montivilliers Centre de Pathologie Professionnelle et Environnementale du Dr. Gislard C.H. du Havre – Hôpital Jacques Monod – 29 av. Mendes France 76290 MONTIVILLIERS – Tél : 02 32 73 32 08
HAUTE-NORMANDIE / Rouen Service de Médecine du Travail et Pathologie Professionnelle du Pr. Gehanno C.H.U. de Rouen Charles Nicolle – 1 rue de Germont 76038 ROUEN – Tél : 02 32 88 82 69
ILE-DE-FRANCE / Paris Service de Pathologie Professionnelle du Pr. Choudat Hôpital Cochin – 27 rue du Faubourg Saint-Jacques 75014 PARIS – Tél : 01 58 41 22 61
ILE-DE-FRANCE / Paris Consultation de pathologie professionnelle et de l’environnement du Dr. Garnier – Centre Antipoison de Paris Hôpital Fernand Widal – 200 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 PARIS – Tél : 01 40 05 41 92
ILE-DE-FRANCE / Bobigny Unité de Pathologies Professionnelles et Environnementales du Pr. Guillon CHU Avicenne – 125 rue de Stalingrad 93009 BOBIGNY – Tél : 01 48 95 51 36
ILE-DE-FRANCE / Créteil Unité de pathologie professionnelle du Pr. Pairon – Service de pneumologie et pathologie professionnelle Centre hospitalier intercommunal de Créteil – 40 av. de Verdun 94010 CRETEIL – Tél : 01 57 02 20 90
ILE-DE-FRANCE / Garches Unité de pathologie professionnelle, de santé au travail et d’insertion du Pr. Ameille Hôpital Raymond Poincaré – 104 Bd Raymond Poincaré 92380 GARCHES – Tél : 01 47 10 77 54
LORRAINE / Vandoeuvre Les Nancy Centre de Consultations de Pathologie Professionnelle du Pr. Paris CHRU Nancy – Batiment Ph Canton – Rue du Morvan 54511 VANDOEUVRE LES NANCY – Tél : 03 83 15 71 69
MIDI-PYRENEES / Toulouse Service des Maladies Professionnelles et Environnementales du Pr. Soulat CHU de Toulouse – Hôpital Purpan – Place du Dr. Baylac 31059 TOULOUSE Cedex 9 – Tél : 05 61 77 21 90
NORD-PAS-DE-CALAIS / Lille Service de Pathologie Professionnelle et Environnement du Pr. Frimat CHRU de Lille – 1 av. Oscar Lambret 59037 LILLE Cedex – Tél : 03 20 44 57 94
PAYS-DE-LA-LOIRE / Nantes Consultation de pathologie professionnelle et environnementale du Dr. Dupas CHU Immeuble Le Tourville – 5 rue du Professeur Boquien 44093 NANTES Cedex – Tél : 02 40 08 36 35
PICARDIE / Amiens Consultation de Pathologie Professionnelle du Dr. Doutrellot-Philippon CHU d’Amiens-Picardie – Hôpital sud – Av. René Laënnec Salouël 80054 AMIENS cedex 1 – Tél : 03 22 45 56 92
POITOU-CHARENTES / Poitiers Service de Pathologie Professionnelle et Environnementale (UCPPE) du Dr. Ben Brik CHU de Poitiers – Hôpital de la Miletrie – 2 rue de la Miletrie B.P. 577 86021 POITIERS – Tél : 05 49 44 30 34
PROVENCE-ALPES-COTE-D’AZUR / Marseille UF consultation de Pathologie Professionnelle du Dr. Lehucher-Michel CHU La Timone – 264 rue Saint Pierre 13385 MARSEILLE CEDEX 5 – Tél : 04 91 38 50 90
RHONE-ALPES / Grenoble Département de Médecine et Santé au Travail du Pr. De Gaudemaris CHU Grenoble – Hôpital Albert Michallon – BP 217 – 38043 GRENOBLE Cedex 09 – Tél : 04 76 76 54 42
RHONE-ALPES / Pierre-Bénite Service des Maladies Professionnelles et de Médecine du Travail du Pr. Bergeret Centre hospitalier Lyon Sud – Pavillon 4M 69495 PIERRE BENITE Cedex – Tél : 04 78 86 12 05
RHONE-ALPES / Saint-Etienne Service de Santé au Travail du Pr. Fontana CHU de Saint-Étienne – Hôpital Nord – 42055 SAINT-ETIENNE Cedex 2 – Tél secrétariat : 04 77 82 73 81 (le mardi et le vendredi)
 

 

 
 
 
 

 

 
 
 

 

 
 
 
 

ROBIN DES TOITS – PROGRAMME – Eté 2011

Eléments fondamentaux
Objectif global

Un Etat autoprotégé
……….. de l’inconscience
……….. de la dépendance économique
…………………. et de la désinformation consécutive
……….. de l’irresponsabilité
…………………. et de l’incompétence consécutive.
Dans un Etat dont l’organisation comporte la responsabilité
la protection de la Santé a toujours la priorité sur ce qui n’est qu’économique.
Moyens

– Réglementation d’ensemble fondée sur une valeur limite d’exposition à 0,6 V/m.
On note que les portables fonctionnent normalement à un niveau nettement inférieur à 0,1 V/m. Et qu’un grand nombre de rapports officiels comporte beaucoup et souvent des mesures très inférieures à 0,1 V/m sans que soient indiquées des perturbations d’efficacité.
– Ouverture d’une enquête publique sur les effets sanitaires de l’UMTS ou 3G – Enquête inexistante à ce Jour. Enquête à cogérer par l’Etat et des techniciens membres d’Associations de citoyens.
Rapport intégralement public.
– Interdiction légale de tout dispositif WIFI ou WIMAX. Notamment dans les Services Publics.
Technologies peu performantes et comportant des attaques sanitaires.
A remplacer par la fibre optique et des connexions filaires, ensemble déjà existant sur 98% du territoire.
Interdiction légale des combinés téléphoniques sans fil et des dispositifs BLUE TOOTH.
– Mise en conformité du protocole de mesures de l’ANFR avec la Réglementation. Exclusion des relevés pour tout organisme ayant un lien avec les opérateurs.
– Reconnaissance officielle de l’affection sanitaire grave connue sous deux noms correspondant aux niveaux d’acuité
E.H.S. – ElectroHyperSensibilité –
S.I.C.E.M. – Syndrome d’Intolérance aux Champs ElectroMagnétiques –
Reconnaissance officielle des causes réelles définies par les travaux de l’ARTAC.
Prise en compte des handicaps résultants par les Centres Hospitaliers, par la Sécurité Sociale et par les Réglementations d’accès.
Etablissement d’un diagnostic territorial des intensités.
Sur base des relevés d’intensité définition des localisations et des protections réglementaires des zones de faible intensité organisées en réseau. Ce réseau comportera des points de très faible intensité avec protections renforcées pour les cas aigus.
Pour les mêmes cas, aménagement de protections de locaux.
Les investissements correspondant ont pour objet la protection de la Santé :
– des membres de l’espèce humaine et de l’ensemble du vivant,
– de l’organisme économique
car une économie réelle
donc tenue protégée du groupe des virus de la financialisation,
de son cortège d’inconscience accompagnée d’incompétences,
traite tous les problèmes au minimum à moyen terme,
et exclut tout court terme.
On note que la proportion de la population touchée par l’Electrosensibilité croît très rapidement. Des enquêtes partielles, car les Etats bloquent les enquêtes générales, l’estiment aujourd’hui à proximité de 10%.
– Organisation de campagnes d’information réelle aux niveaux national et régional.
A destination principale des enfants, adolescents et femmes enceintes.
Avec participation des Associations de citoyens.
Le document nommé TROUSSE POUR ACTION diffusé par Robin des Toits est un bon résumé de départ pour l’information.
Public depuis début 2010, il n’a jamais fait jusqu’à ce jour l’objet de contestation.
– Interdiction de vente et d’usage public de téléphones portables aux moins de 14 ans.
– Obligation d’affichage des informations sanitaires générales et des précautions d’emploi dans tous les points de vente de téléphones portables et de produits similaires.

HYPERFREQUENCES PULSEES

 

HYPERFREQUENCES PULSEES

Seuil maximal d’exposition (SME)

Echelle chiffrée

 

 

 

 

 

0,6 Volt/mètre : Seuil dit de Sécurité Sanitaire fixé par :

……………….. • les scientifiques internationaux indépendants

……………….. • le Parlement Européen

…………………..par le Rapport TAMINO. Toujours validé en 2010.

……………….. • le Rapport BIOINITIATIVE – récapitulatif – plus de 1500 études. – 10 ans de travaux

 

1 Volt/mètre : Début de pathologies constatées chez les fragiles par les Enquêtes Sanitaires de Proximité – ESP –

 

2 Volts/mètre : Début de pathologies lourdes constatées par ESP.

 

3 Volts/mètre : Seuil Maximal d’Exposition – SME – défini par les textes réglementaires européens et français dans le cadre de la Compatibilité Electromagnétique – Référence légale prioritaire en France. Surabondamment violée par les émissions du Groupe Technologique de la Téléphonie Mobile – GTTM –

 

41 à 61 Volts/mètre : Chiffres produits par l’ICNIRP, officine privée,dépendante de l’Industrie d’après le Parlement Européen, Référence de la Commission Européenne, du Gouvernement Français et de tous les officiels.

Chiffres délirants fondés sur des références scientifiques du XIXème siècle.Limites dont l’équivalent serait une vitesse maximale de 500 Km/h sur autoroute.

 

 

 

 


 


Langues
EnglishFrenchGermanItalianSpanish
Archives